Rubriques




Se connecter à

Ivre et droguée, elle avait lancé "comme au cirque" un couteau au visage d’un policier cannois

Alors qu’un équipage de police secours, alerté par les voisins, intervient au domicile cannois d’un couple qui se querelle, la jeune femme en furie lance un couteau au visage d’un agent. Le tribunal l’a condamnée à un an de prison dont 6 mois avec sursis probatoire pendant 2 ans et maintien en détention.

J. S. Publié le 20/11/2021 à 09:20, mis à jour le 20/11/2021 à 09:21
Alors qu’un équipage de police secours, alerté par les voisins, intervient au domicile cannois d’un couple qui se querelle, la jeune femme en furie lance un couteau au visage d’un agent. Photo D. L.

Un équipage de police secours est appelé par les voisins, alertés par des cris, au domicile d’un couple qui se querelle, vers 21h30, rue du Pré à Cannes, le 11 novembre dernier. Loin de signer l’armistice, le couple se déchire, l’un voulant empêcher l’autre de se droguer à la cocaïne. Ils sont accueillis par "une jeune femme en furie, presque hystérique", fortement alcoolisée (1,67g d’alcool par litre d’air expiré).

Ce mélange alcool et stupéfiants va conduire Anisa T., une Strasbourgeoise de 26 ans, à s’automutiler la cuisse avec un couteau de cuisine.

Dans un appartement en désordre ou le sol est rendu glissant à la suite d’un liquide renversé, l’équipage de police secours tente de calmer les trois personnes présentes dont le compagnon et son fils, un ado de 17 ans. Mais, saisissant le couteau après avoir sommé les agents de quitter les lieux, Anisa le lance en direction du visage du brigadier-chef. Il évite la lame de 17 cm qui vient se briser contre le mur tout en perdant l’équilibre et chute au sol.

Voyant l’excitée remettre ses mains sous le comptoir, des deux policiers qui l’accompagnent, l’un dégaine son arme de service, l’autre fait usage de son pistolet Taser pour mettre fin aux hostilités.

 

"Elle l’a lancé comme une lanceuse de couteau… dans un cirque! ", témoigne à la barre le policier lors de la comparution de la prévenue lundi devant le tribunal judiciaire de Grasse.

En récidive, avec six mentions à son casier judiciaire (vol aggravé, violence), la jeune femme, au parcours chaotique, nie avoir voulu viser un policier mais simplement avoir jeté l’objet pour "s’en débarrasser". Le procureur louera le professionnalisme des forces de l’ordre face à une situation qui aurait pu tourner au drame.

À la défense, Me Nasser Azeri "doute de l’intentionnalité et de la matérialité des faits" et demande la relaxe de sa cliente au bénéfice du doute.

Le tribunal la condamnera à un an de prison dont 6 mois avec sursis probatoire pendant 2 ans et maintien en détention. En complément de la peine, elle devra indemniser sa victime et suivre une obligation de soins.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.