Ivre en scooter, un retraité prend une avenue en sens interdit et impute la faute aux... organisateurs du Grand Prix de Monaco

Ivre, un retraité sur son deux-roues emprunte une avenue en sens interdit et manque de provoquer un accident. A la barre du tribunal correctionnel de Monaco, il a imputé la faute aux organisateurs des trois Grands Prix de Monaco.

Article réservé aux abonnés
JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 14/10/2022 à 18:00, mis à jour le 14/10/2022 à 14:56
Le prévenu a écopé d’une amende de 1.000 euros et d’une contravention. Photo Sébastien Botella

C’est encore une perte du bon sens de circulation qui a été évoquée devant le tribunal correctionnel de Monaco. Elle touche cette fois un retraité britannique de 70 ans qui n’a pas su distinguer, toujours à cause d’une ivresse au taux bien tassé de 0,61 mg/l, le vrai du faux au sortir du tunnel du Rocher.

Le 24 avril, vers 12h30, le conducteur du deux-roues remonte l’avenue du Port à contresens. Et comme le pilote n’avait plus la tête sur ses épaules, il refusait la priorité à un véhicule qui débouchait de la galerie de Serravalle. Il poursuivait ainsi son chemin jusqu’à la place d’Armes où les policiers de faction remettaient bon ordre.

À l’audience, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle (assesseurs: Geneviève Vallar et Alexia Brianti., ndlr) est resté dubitatif quand le retraité lui a déclaré: "Je pensais qu’avec les épreuves automobiles les autorités monégasques avaient inversé le sens de circulation…"

 

Certes, la Principauté organisait dans les jours suivants de 2022 trois Grands Prix: électrique, historique et F1. Mais la signalisation mise en place sur cette voie de circulation en ces périodes ne prête jamais à confusion.

Le premier substitut Valérie Sagné ne s’est pas attardé sur cette infraction et la parquetière a requis une peine d’amende 1 000 euros ferme plus la traditionnelle contravention à 45 euros.

À l’issue du délibéré, le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.