Ivre en scooter, un retraité prend une avenue en sens interdit et impute la faute aux... organisateurs du Grand Prix de Monaco

Ivre, un retraité sur son deux-roues emprunte une avenue en sens interdit et manque de provoquer un accident. A la barre du tribunal correctionnel de Monaco, il a imputé la faute aux organisateurs des trois Grands Prix de Monaco.

Article réservé aux abonnés
JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 14/10/2022 à 18:00, mis à jour le 14/10/2022 à 14:56
Le prévenu a écopé d’une amende de 1.000 euros et d’une contravention. Photo Sébastien Botella

C’est encore une perte du bon sens de circulation qui a été évoquée devant le tribunal correctionnel de Monaco. Elle touche cette fois un retraité britannique de 70 ans qui n’a pas su distinguer, toujours à cause d’une ivresse au taux bien tassé de 0,61 mg/l, le vrai du faux au sortir du tunnel du Rocher.

Le 24 avril, vers 12h30, le conducteur du deux-roues remonte l’avenue du Port à contresens. Et comme le pilote n’avait plus la tête sur ses épaules, il refusait la priorité à un véhicule qui débouchait de la galerie de Serravalle. Il poursuivait ainsi son chemin jusqu’à la place d’Armes où les policiers de faction remettaient bon ordre.

À l’audience, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle (assesseurs: Geneviève Vallar et Alexia Brianti., ndlr) est resté dubitatif quand le retraité lui a déclaré: "Je pensais qu’avec les épreuves automobiles les autorités monégasques avaient inversé le sens de circulation…"

Certes, la Principauté organisait dans les jours suivants de 2022 trois Grands Prix: électrique, historique et F1. Mais la signalisation mise en place sur cette voie de circulation en ces périodes ne prête jamais à confusion.

Le premier substitut Valérie Sagné ne s’est pas attardé sur cette infraction et la parquetière a requis une peine d’amende 1 000 euros ferme plus la traditionnelle contravention à 45 euros.

À l’issue du délibéré, le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.