“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, elle fonce dans le casino en voiture: 15 jours de prison ferme

Mis à jour le 15/03/2016 à 13:56 Publié le 15/03/2016 à 13:20
La voiture a fini sa course dans le casino du Café de Paris.

La voiture a fini sa course dans le casino du Café de Paris. Photo J.-M.F.

Ivre, elle fonce dans le casino en voiture: 15 jours de prison ferme

Une Grassoise de 49 ans a été jugée, ce lundi à Monaco, en comparution immédiate pour avoir roulé volontairement jusque dans l’établissement de la place du Casino sous l’empire d’un état alcoolique.

Manifestement, Violaine ne comprend pas où est le problème. Ce lundi, le tribunal l’a condamnée à 15 jours de prison ferme pour avoir pénétré, au volant de sa voiture, jusque dans la salle des machines à sous du Café de Paris, à Monaco, samedi soir, le tout sous l’empire d’un état alcoolique.

>> RELIRE. Elle finit sa course dans la salle des machines à sous: on en sait plus sur ce geste fou

Il n’y a pas eu de victime ni de dégât matériel. Alors non, Violaine ne voit pas où est le souci.

Une maîtrise toute relative

Âgée de 49 ans, cette comptable grassoise avait décidé ce week-end de frapper fort. Depuis plusieurs années, elle est interdite de jeu à Monaco. «J’ai demandé à plusieurs reprises la levée de cette interdiction. J’ai envoyé un courrier recommandé avec accusé de réception. Je n’ai eu aucune réponse. Alors samedi, je suis venue pour la énième fois. J’ai demandé à parler au commissaire aux jeux. On m’a dit de refaire un courrier, vous trouvez ça normal?», lance la prévenue

>> RELIRE. Ivre, elle fonce dans le casino en voiture: un témoin raconte

Pendant la demi-heure qu’a duré la comparution immédiate, la prévenue qui n’avait pas souhaité se faire assister d’un avocat, nie le danger qu’elle a fait courir aux clients et au personnel du Café de Paris. Elle martèle qu’elle «maîtrisait [son] véhicule».


La suite du direct