“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre au volant de sa Maserati, il percute une Ferrari garée à Monaco

Mis à jour le 05/12/2017 à 18:43 Publié le 05/12/2017 à 18:41
Le tribunal correctionnel a préféré la grosse amende à la prison avec sursis.

Le tribunal correctionnel a préféré la grosse amende à la prison avec sursis. Photo Cyril Dodergny

Ivre au volant de sa Maserati, il percute une Ferrari garée à Monaco

Plutôt que de rentrer chez lui à pied, le trajet entre l'établissement de nuit et son domicile étant très court, cet homme d'affaires britannique a préféré prendre le volant de sa Maserati. Et cogner une belle Ferrari stationnée au Larvotto. Le tribunal correctionnel a décidé qu'il lui en coûterait 3.000 euros d'amende.

On comprendra facilement que le propriétaire d’une Maserati n’ait pas le souci des économies d’énergie au premier rang de ses préoccupations. Mais pour effectuer un trajet de quelques mètres, séparant le "Sass’ Café" de son domicile, l’homme d’affaires devait-il les parcourir nécessairement avec son auto pour afficher cette quintessence du luxe et du rêve? D’autant que ce Britannique était ivre, le 22 mai dernier.

Quand il passe, vers 23h45, au restaurant "fashion" de l’avenue Princesse-Grace, il a un taux d’alcool de 0,77 mg par litre d’air expiré! C’est-à-dire saoul au point de percuter ensuite une splendide consœur mécanique, tout aussi enviable, stationnée sur cette même voie du Larvotto. Une Ferrari!

Flegme "so british"

À l’audience, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle apporte quelques éléments complémentaires. "Le voiturier, alerté par le choc, a averti les services de police. On vous voit revenir à pied sur les lieux de l’accident, toujours en état d’ébriété. Des témoins affirment que vous avez continué à rouler avec votre aile droite complètement arrachée. Vous comptiez fuir?"

Avec un flegme "so british", le prévenu, presque froissé, réagit : "Oh! No! J’ai pris le rond-point afin de stationner mon véhicule et revenir sur les lieux pour constater les dégâts."

Le magistrat s’inquiète sur la quantité d’alcool absorbé et l’impossibilité d’éviter la Ferrari pourtant à l’arrêt. "À Fontvieille, j’ai bu plusieurs verres de vin. Alors en rentrant chez moi, comme l’auto était mal garée, avec la boisson je n’ai pu apprécier la distance…"

"3.000 euros d'amende"

Certes, ce résident du Larvotto n’était pas en état de tenir le volant d’une voiture aussi puissante. "Surtout à un moment très fréquenté de la soirée, souligne le procureur Alexia Brianti. Un tel véhicule devient une arme avec l’alcool, car il roulait vite avec une roue à moitié arrachée! Le prévenu ne semble pas avoir mesuré la gravité du choc. Comme ce monsieur n’a jamais été condamné, une peine d’emprisonnement de huit à dix jours assortie d’un sursis pédagogique s’impose. Plus une amende de 800 € et 45 € de contravention."

Le tribunal préférera frapper plus durement au portefeuille avec une amende de 3000 €. Sans oublier la contravention connexe.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct