Rubriques




Se connecter à

Interdit de territoire, un retraité roule en état d'ivresse en Principauté

Pourtant interdit de territoire monégasque, un Beausoleillois en état d'ivresse passe par le Rocher pour regagner son domicile et provoque un accident.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 22/02/2017 à 05:03, mis à jour le 22/02/2017 à 11:21
« Cet accident n'a rien à voir avec l'alcool », a maintenu le prévenu… Photo Archives NM

Un automobiliste aviné, frappé par une mesure de refoulement, est passé par Monaco pour rejoindre son domicile de Beausoleil. Contrôlé à la suite d'un accident avec une alcoolémie de 0,63 mg par litre d'air expiré, il a comparu devant le tribunal correctionnel. Les juges l'ont condamné à une peine de 2.000 euros d'amende, plus une contravention de 45 euros.

Le 3 mai dernier, vers midi, un retraité de 67 ans circule avec son véhicule en direction de son lieu de résidence. À hauteur du boulevard d'Italie, sa voiture se déporte et arrache deux plots métalliques. Aussitôt, les secours arrivent sur place pour donner les premiers soins. Aux policiers de canaliser le flot des automobilistes important à pareille heure de pointe. Le conducteur n'est pas blessé. Mais les agents constatent qu'il est alcoolisé.

Outre l'ivresse, l'intéressé est frappé par une mesure de refoulement signifiée le 17 juillet 2000 et il a déjà été condamné pour une infraction identique le 3 mars 2015.

"D'habitude, lance le président Florestan Bellinzona, c'est en fin de soirée que l'on constate les états d'ivresse au volant. Vous, c'est déjà à midi! Pourquoi?"

 

Le prévenu ne semble pas avoir conscience de son éthylisme conséquent. "Oh ! J'avais bu deux ou trois verres de vin rouge…"

"Une ultime chance"

Le magistrat lui fait également remarquer: "Un an auparavant, vous avez été condamné pour la même chose. Et cette fois, vous avez fini votre course dans les plots…"

Le fautif s'excuse et met en cause "un malaise". "Cet accident n'a rien à voir avec l'alcool…"

Soupirs du président: "Comme la fois précédente! Il n'y a jamais de lien avec l'ivresse… Avez-vous un problème avec l'alcool?" Le chauffard s'en défend.

De telles explications ne valent pas grand-chose pour le premier substitut Olivier Zamphiroff.

 

"Les malaises, la maladie de sa maman… Et quoi d'autre encore! Je ne sais pas ce que le prévenu cherche. Mais il se dirige vers l'incarcération. D'ailleurs, que va décider le tribunal? Pour ma part, je lui laisse une ultime chance: quatre mois d'emprisonnement assortis du sursis et 45 euros d'amende."

Le tribunal sanctionnera une dernière fois cet écart de conduite par une forte amende. Mais la prochaine infraction pour état d'ivresse au volant, une direction sera certaine: la maison d'arrêt du Rocher.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.