Rubriques




Se connecter à

Incendie mortel à Monaco: une information judiciaire ouverte pour "homicide involontaire et blessures involontaires"

Plusieurs semaines après l'incendie de l'avenue Princesse-Grace, qui a coûté la vie à un sapeur-pompier de Monaco, une information judiciaire a été ouverte pour "homicide involontaire et blessures involontaires". L'enquête, toujours menée par la Sûreté publique, est désormais supervisée par un juge d'instruction.

Thibaut Parat Publié le 08/07/2022 à 10:25, mis à jour le 08/07/2022 à 10:26
L’incendie avait coûté la vie à un sapeur-pompier de Monaco, le sergent Thierry Pérard. Photo Franz Chavaroche

Selon nos informations, le parquet général de Monaco a ouvert, ce mercredi, une information judiciaire pour "homicide involontaire et blessures involontaires" dans le cadre de l’incendie du "21 Princesse-Grace" qui a coûté la vie au sergent Thierry Pérard, le 19 juin.

Cela signifie qu’un juge d’instruction a été saisi et supervise désormais l’enquête, menée par les fins limiers de la Division de police judiciaire de la Sûreté publique.

Jusqu’alors, ces derniers opéraient dans le cadre d’une enquête de flagrance. Il faudra du temps, encore, pour déterminer l’origine de ce violent brasier qui a ravagé un luxueux appartement de 400m² où se trouvaient sa résidente, une femme de 98 ans, et son auxiliaire de vie.

L’autre volet de l’enquête concerne les circonstances qui ont conduit au décès du sous-officier, un époux et père de famille de 51 ans.

Pour ce travail de fourmi, la police technique et scientifique de Monaco a, dès le lendemain de l’incendie, été épaulée par des agents du laboratoire interrégional de police scientifique (LIPS) de Marseille puis, dans un second temps, par un expert judiciaire français spécialisé en matière d’incendie.

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.