“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Incarcéré pour avoir "siphonné" trois portefeuilles à Monaco, le voleur a fait une 4e victime

Mis à jour le 04/10/2018 à 08:41 Publié le 04/10/2018 à 10:00
«Il profite de leur inattention pour dérober l’argent.»

«Il profite de leur inattention pour dérober l’argent.» Photo d'illustration J.-F. Ottonello)

Incarcéré pour avoir "siphonné" trois portefeuilles à Monaco, le voleur a fait une 4e victime

Le soit disant administrateur de société roumain, condamné en août dernier pour avoir "siphonné" trois portefeuilles de personnes âgées, a fait une quatrième victime. A l'issue de l'audience, sa peine a été allourdie.

Dans notre édition de Monaco-Matin du 16 août dernier, nous mettions en garde nos lecteurs sur les agissements frauduleux d’un ressortissant roumain. Par un subtil stratagème, proche de la prestidigitation, il dérobait les billets contenus dans le portefeuille de personnes âgées en sollicitant obséquieusement la monnaie sur 2 euros.

La combine lui avait permis d’arnaquer trois victimes, les 10, 11 et 13 août derniers, entre 13 heures et 14 heures, sur les boulevards des Moulins et de Suisse. Butin amassé: quelque 1.000 euros! Le tribunal correctionnel l’avait condamné à une peine de trois mois de prison ferme. Depuis, le prévenu a fait appel du jugement et la Cour devrait se prononcer lundi prochain.

>>RELIRE. Il perd au casino et se refait en volant les personnes âgées

Combien d’autres victimes?

À la lecture de notre titre, une quatrième personne s’est présentée au service de police pour déposer plainte. Au cours de la même période, cette Monégasque venait de retirer 800 euros à sa banque. Quand un homme d’une trentaine d’années, coiffé d’un sombrero, a ouvert la portière de son véhicule pour lui demander gentiment de la monnaie.

Pendant que la bonne dame cherchait les pièces, l’aigrefin en a profité pour subtiliser l’intégralité de la somme. Le rapprochement avec la récente affaire et les photos ont tôt fait de désigner le voleur.

Comme il est toujours incarcéré, le soi-disant administrateur de société est arrivé, mardi matin, menotté à l’audience pour répondre de sa nouvelle infraction. Mais cette fois il ne reconnaît pas les faits. Au contraire, il les conteste pour des raisons d’amnésie subite. Cette forte tête admet cependant que la manière d’opérer rappelle étrangement sa méthode employée.

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle s’étonne de ce revirement et s’intéresse à la pratique. "Comment avez-vous appris ce système qui demande de la dextérité digitale?" Le détenu avoue qu’il a été "formé dans la cité de Gênes par les gens d’une communauté bien en place".

Pour l’instant, comme l’appel est suspensif d’exécution, son casier monégasque est vierge. Le magistrat note toutefois des problèmes en Allemagne pour vol à l’étalage et en Belgique pour violence. "Dans les deux cas, c’est une erreur, estime l’intéressé. En Roumanie, j’ai été inquiété pour une histoire d’impôts!" 

"Cet homme, bien habillé, inspire confiance"

Les trous de mémoire feront sourire le procureur Alexia Brianti qui retient toutefois la responsabilité du prévenu au regard des précédentes condamnations. "Cet homme, bien habillé, inspire confiance aux victimes abordées. Il profite de leur inattention pour dérober l’argent." Un mois ferme supplémentaire sera requis.

Tâche difficile d’assurer la défense pour Me Hervé Campana. Son client est amnésique. Mais il lui reconnaît une honnêteté certaine.

"N’oubliez pas qu’il a déjà été condamné pour des mêmes faits. Il aurait pu d’ailleurs échapper à cette peine d’un mois ferme en supplément s’il avait été jugé pour les quatre faits à la même audience. Soyez cléments…" 

Le tribunal préférera suivre les réquisitions du ministère public. Peut-être le larron fera-t-il également appel pour cette dernière décision. Il a quinze jours pour se décider.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct