“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Ils écoulent des faux billets de 100€ au casino... et repartent avec 35.000€

Mis à jour le 19/04/2018 à 10:26 Publié le 19/04/2018 à 09:11
Le couple achetait des vrais jetons avec un mélange de vrais et faux billets

Le couple achetait des vrais jetons avec un mélange de vrais et faux billets Photo Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ils écoulent des faux billets de 100€ au casino... et repartent avec 35.000€

Un quinquagénaire indien et sa supposée assistante russe ont été respectivement condamnés à deux ans et 12 mois de détention pour avoir écoulé 350 fausses coupures à la roulette du Sun Casino, à Monaco.

Ils étaient venus au Sun Casino pour miser à la roulette 350 coupures de faux billets de 100 euros. Ils étaient repartis avec des liasses de vrais billets verts cette fois, représentant un gain de 35.000 euros… Mais c’était sans compter sur "le bonus" du tribunal correctionnel!

À l’issue du délibéré, les juges ont condamné à deux ans de prison ferme le quinquagénaire indien vivant à Dubaï, et douze mois pour son "assistante" russe de 26 ans, avec mandats d’arrêt. Ils devront également verser respectivement à la SBM, constituée partie civile, les sommes de 35.000 euros et 10.000 euros.

Vrais et faux mélangés

Transparent à l’audience, le couple (absent) avait joué le plus simplement du monde à la roulette. Aucun système sophistiqué ou technique d’empalmage pour amasser le jackpot! Et surtout pas question de venir miser avec des faux jetons! C’était trop risqué avec le regard avisé du croupier! L’étrange manège était très bien rôdé et difficilement décelable à première vue.

Ce 2 juin 2016, l’homme et la femme remettaient les coupures falsifiées mêlées à des exemplaires authentiques de la monnaie unique.

En échange, ils recevaient des (vrais) jetons. Ils en déposaient une dizaine sur les tapis verts monégasques, en prenant bien soin d’alterner entre le rouge ou le noir pour noyer le poisson… Rien de plus facile, ensuite, de retourner chez le caissier afin d’échanger jetons ou plaques contre de vraies espèces sonnantes et trébuchantes. Du gagnant-gagnant à coup sûr! Jusqu’au lendemain, quand un responsable de la SBM dépose plainte après avoir contrôlé la recette de la veille.

UNE RÉPUTATION D’ARISTOCRATE INDIEN

L’enquête, confiée aux limiers de la Sûreté publique, avait vite permis d’identifier les deux joueurs, pourtant considérés comme des "bons clients". Car Monsieur s’était fait une réputation d’aristocrate indien connu pour ses affaires florissantes à Dubaï. Le 30 décembre 2016, grâce à des indics, les enquêteurs coincent l’escroc au Fairmont.

"Interpellé et placé en garde à vue, commente le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, l’aigrefin clame son innocence et charge sa collaboratrice. Comme elle s’était occupée de changer des francs suisses en euros, il ne savait pas que les billets étaient faux… Il aurait d’ailleurs porté plainte contre son assistante après un vol d’argent…"

Mais, dans le domaine du renseignement, très peu d’informations restent confidentielles. Le faussaire avait commis des faits identiques le 21 juin 2015, au casino de Salzbourg, avec 451 faux billets de 100 euros.

"Un maillon d’une mafia organisée"

"Interpellé pour cette affaire, poursuit le magistrat, l’individu évoque un contact dans un bureau de change officieux de Milan afin d’obtenir un meilleur taux. Là-aussi, il ignorait que les billets remis étaient faux. La justice autrichienne avait prononcé un non-lieu pour insuffisance de preuves…"

Me Thomas Giaccardi, au nom de la partie civile, présentait la note: "35000 euros de remboursement plus 5000 euros de dommages et intérêts." Quant au premier substitut Olivier Zamphiroff, il parlait "d’un maillon d’une mafia organisée pour réaliser d’énormes profits. Ne soyez pas impressionné par le classement sans suite de mes collègues autrichiens. Condamnez-les respectivement à deux ans et douze mois ferme, avec mandats d’arrêt." Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.