“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il vole un chèque de 519 euros et le fait passer à 12.600 euros avant de l'encaisser

Mis à jour le 18/10/2019 à 09:49 Publié le 18/10/2019 à 10:00
Illustration

Illustration Photo JFO

Il vole un chèque de 519 euros et le fait passer à 12.600 euros avant de l'encaisser

Un faussaire qui souhaitait renflouer son compte bancaire vole un chèque de 519€ et le fait passer à 12.600 €. Absent à la barre, le prévenu de 45 ans a été condamné à un mois de prison ferme.

Miracle? Un chèque d’un montant initial de 519,98 € peut-il, au moment de son encaissement, faire mention d’une somme revalorisée à 12.600,98€?

Ne percevez nullement dans ce fait extraordinaire la moindre intervention divine bienveillante. La falsification des chiffres et le changement de nom du destinataire bancaire, s’il était difficile d’en démasquer l’auteur véritable, n’ont trompé personne: ni la police ni la justice.

Le fardage aura toutefois coûté assez cher à ce Camerounais de 45 ans: un mois de prison ferme pour recels de chèque falsifié et de vol.

L’affaire a été évoquée devant le tribunal correctionnel en l’absence du prévenu. Le stratagème apparaît le 7 avril dernier, quand la gérante d’une société de cosmétique porte plainte. Elle a réglé un fournisseur avec le chèque du montant annoncé. En revanche, son compte est débité d’une somme bien supérieure. Son ordre de paiement a probablement atterri entre des mains mal intentionnées, pense-t-elle logiquement. Après une rapide enquête, l’inscription du bénéficiaire sur le chèque conduit les policiers sur le compte du prévenu. Il était alors facile de faire le rapprochement.

Version peu crédible

Convoqué à la Sûreté publique pour s’expliquer sur la manière frauduleuse utilisée pour renflouer son compte bancaire, cet agent d’entretien dans un établissement de restauration rapide conte une histoire farfelue.

À l’audience, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle (assesseurs: Adrien Candau et Séverine Lasch, ndlr.) cite quelques passages du PV dressé par les inspecteurs: "J’ai eu un souci d’argent, avoue cet homme au cours de son audition. J’ai alors contacté un ami qui a promis de m’aider. Il m’a demandé mon RIB afin d’avoir les éléments pour effectuer un dépôt ou virement. Plus tard, ma banque m’a téléphoné en m’informant que le chèque remis était volé…"

Même si le prévenu n’a jamais été condamné, face aux juges, la version n’est pas crédible.

Quant à formuler l’évidence du prévenu ayant lui-même rajouté son nom pour l’encaissement, le doute subsistera. Le magistrat précise in fine que l’établissement bancaire a remboursé la somme perçue après avoir eu connaissance de l’infraction.

Un tel cas de figure est rencontré pour la première fois d’après la procureure Alexia Brianti.

"Ce sont deux délits avec un chèque volé et falsifié. Ce personnage a l’explication facile quand c’est un ami, dont on ne connaît que le prénom, qui se propose de rendre service avec un montant aussi important. Cette générosité découle de faits fantaisistes. Il faut sanctionner pareille infraction désagréable pour la victime. Une peine de deux mois ferme s’impose."

Le tribunal, après en avoir délibéré, a condamné le prévenu à un mois de prison ferme.

Les juges ont prononcé une peine exemplaire.
Les juges ont prononcé une peine exemplaire. Photo J.-F.O.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.