“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il vole un appareil photo posé sur un véhicule : huit jours avec sursis

Mis à jour le 13/02/2020 à 11:07 Publié le 13/02/2020 à 11:07
Le tribunal a considéré que l’appareil photo avait été volé.

Le tribunal a considéré que l’appareil photo avait été volé. M.A.

Il vole un appareil photo posé sur un véhicule : huit jours avec sursis

Un retraité comorien vient d’être condamné à huit jours d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel pour avoir volé un appareil photo.

Un retraité comorien vient d’être condamné à huit jours d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel pour avoir volé un appareil photo. Comme il est absent à l’audience, les propos du sexagénaire sont rapportés par le président Florestan Bellinzona, d’après ses déclarations à la Sûreté publique au cours de sa garde à vue. L’objectif avoué ? Offrir à la famille un cadeau à l’occasion d’un retour au pays. Ce résident de Beausoleil n’a pas soustrait frauduleusement le reflex numérique. Il l’a trouvé sur la carrosserie d’un véhicule à proximité de la rampe d’accès de la digue flottante.

Évidemment, la version du plaignant est différente. Ce 4 juin 2019, il avait laissé son 24x36 sur le capot de sa voiture, un court instant. Au retour, l’appareil avait disparu… Il dépose plainte. Et à la barre, il réclame le remboursement de l’appareil : 330 e !

Le flair des policiers…

L’enquête démarre difficilement. Comme le voleur regarde avec insistance la caméra de surveillance, les policiers arrivent à exploiter un portrait fidèle du voleur à partir des bandes-vidéo. Mais aucune concordance avec le fichier d’identité. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin…

L’affaire allait être classée sans suite et le cliché du visage conservé dans un dossier.

Mais en novembre dernier, au cours d’un contrôle sur la voie publique, les policiers sont inquiétés par le comportement étonnant d’un individu. Il est conduit dans les locaux de la rue Suffren-Reymond. Les inspecteurs font aussitôt le rapprochement avec la photo du portrait…

« Vol d’opportunité »

La procureure Alexia Brianti n’est également pas dupe au moment de requérir une peine dix jours d’emprisonnement assortie du sursis. « Ce personnage reconnaît s’être emparé de l’appareil, mais conteste l’avoir volé. Une démarche honnête était de le rapporter à la police. Or, la vidéo urbaine démontre bien qu’il a effectué un vol d’opportunité afin de s’approprier un bien qui ne lui appartenait pas. Pareils propos ne sont pas convaincants. Tenez compte des faits et des préjudices financiers de la victime. Sanctionnez le prévenu qui ne comparaît pas et essaie de s’esquiver. »

Le tribunal a condamné le retraité comorien à huit jours de prison avec sursis et accordé les 330 e réclamés par la partie civile.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.