“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il vole du champagne à Monaco... pour soulager ses douleurs aux jambes!

Mis à jour le 27/12/2017 à 11:06 Publié le 27/12/2017 à 09:43
Le vol a été commis le 30 décembre 2016 dans l'Intermarché de L'Escorial, aux Moneghetti.

Le vol a été commis le 30 décembre 2016 dans l'Intermarché de L'Escorial, aux Moneghetti. Photo archives E.D.

Il vole du champagne à Monaco... pour soulager ses douleurs aux jambes!

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné un couple à trois mois de prison ferme pour avoir fait une razzia de champagne à l'Intermarché des Moneghetti, le 30 décembre 2016. Pour le réveillon du jour de l'an? C'était un remède, a assuré le prévenu...

C’est un drôle de couple qui devait comparaître devant le tribunal correctionnel pour un vol commis il y a un an, le 30 décembre 2016, dans le supermarché de L’Escorial. Mais il a brillé par son absence!

Au jeu des personnalités évoquées à l’audience, l’époux semble accumuler les galères avec son casier judiciaire loin d’être vierge. Madame a plutôt l’air de suivre son mari pour des raisons de solidarité matrimoniale. Elle n’a jamais été condamnée.

Ces deux Niçois, unis pour le meilleur et surtout pour le pire, ont la fâcheuse tendance de faire leurs emplettes pour les fêtes en évitant le passage en caisse. Monsieur, presque quinquagénaire, choisit les mets les plus délicats, puis il les glisse d’une manière naturelle dans le cabas de son épouse, une auxiliaire puéricultrice de 42 ans.

Un doigt d’honneur

Des novices dans la pratique du vol à l’étalage ? Loin s’en faut !

La première fois, le ménage a rempli le sac avec du champagne et du caviar au préjudice de la SAM Intermarché. Comme la fauche s’est passée sans encombre jusqu’à la sortie, le couple n’a pas été inquiété. Mais comme chaque soir le directeur de la supérette fait ses comptes, il découvre le vol commis la veille de la Saint-Sylvestre. Il visionne alors les bandes vidéo. Les époux sont aussitôt catalogués.

Comme on ne change pas une méthode qui gagne, les deux aigrefins retournent en septembre dernier dans la supérette des Moneghetti. Ils sont reconnus par le gérant. Les vigiles suivent leur manège... Au moment d’embarquer les courses dans leur véhicule, les surveillants interrogent le couple. Ils obtiendront pour unique réponse un doigt d’honneur !

Le numéro de la plaque minéralogique est relevé et les services de police alertés. Les filous seront rapidement interpellés sur le territoire français et ramenés dans les locaux de la Sûreté publique.

"Et le caviar, c'est un onguent?"

Leur interrogatoire est relaté par le président Florestan Bellinzona avec beaucoup d’humour. "Quand on demande à l’individu les raisons de son geste, il répond avec sérieux qu’il souffre de la jambe et des pieds. Or, le seul remède qui puisse le soigner c’est... le champagne. Et pour le caviar ? Aurait-il les vertus d’un onguent? Le fautif préfère rester silencieux!"

In fine, devant les inspecteurs, l’homme commentera son statut de sans emploi en décembre 2016. Des regrets ? Aucun ! Il aurait même reconnu avoir passé un bon Noël...

Sans s’étendre sur le sujet, le premier substitut Olivier Zamphiroff, dans ses réquisitions, proposera une peine identique pour chaque prévenu de neuf mois d’emprisonnement ferme. Après en avoir délibéré le tribunal divisera la sanction par trois : trois mois ferme. Une autre façon de trinquer...


La suite du direct