Rubriques




Se connecter à

Il s'offre un réveillon à 995 euros et file à l'anglaise au moment de payer

Le 1er janvier, le prévenu, de nationalité allemande, s’était offert un petit festin avant de prendre la tangente au moment de l’addition. Les juges ont décidé de doubler la note.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 31/03/2021 à 16:29, mis à jour le 31/03/2021 à 16:31
Des folies qu'il n'a pas voulu payer, et le prévenu a fini par en payer le prix. Photo DR

Passer de commerçant dans la philatélie à expert en filouterie d’aliments… Un Allemand croyait s’affranchir de son goût prononcé pour les timbres en suivant sa nouvelle passion dédiée à la gastronomie.

Il avait choisi le 1er janvier 2021, jour symbolique par excellence, pour entériner sa décision et célébrer le franchissement d’année calendaire, tout en misant sur les ingrédients festifs servis par le restaurant "Avenue 31".

Certes, le quadragénaire n’avait pas trop le choix. Le lendemain, les mesures annoncées par le Ministre d’État, dans le cadre des restrictions sanitaires pour cause de pandémie, devenaient plus contraignantes. Seuls les résidents monégasques et les personnes travaillant en Principauté pouvaient fréquenter les restaurants, restés ouverts jusqu’à présent. Alors, autant en profiter!

Il s’esquive pendant un appel à la police

Une fois attablé dans l’établissement de l’avenue Princesse-Grace, l’épicurien consommait sans compter, des fumets de poissons aux breuvages les plus fins. Autant dire que mets de choix, champagne, grands crus, desserts, cigares… avaient vite fait grimper l’addition à 995 euros.

 

« Sous l’effet de la quantité de boissons absorbées, raconte le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, des signes d’ivresse et d’agressivité apparaissaient. Quand on présente la note (assez salée) au client, il ne se souvenait plus du code bancaire. Puis, il tente le paiement d’une transaction à distance, sans succès. Le gérant téléphonait à la Sûreté publique pour dénoncer le griveleur. La durée de la communication donnait l’occasion à l’individu de filer à l’anglaise. »

Mais quand les policiers arrivaient sur les lieux, la chasse au resquilleur prenait rapidement fin avec son interpellation devant "Le Bahia". Conduit dans les locaux de la rue Suffren-Reymond et placé en garde à vue vers 22 h 45, il insultait copieusement les agents tout en voulant conserver son droit au silence.

Passé au filtre d’Interpol, ce personnage désinvolte n’est pas toutefois un inconnu pour les autorités allemandes. Une certaine célébrité colle à son identité pour diverses infractions d’escroquerie, de grivèlerie et de stupéfiants.

« Véritable festin »

D’ailleurs, le fait d’être conscient de l’impossibilité absolue de payer ou en étant déterminé à ne pas payer après avoir obtenu la remise d’un bien ou la fourniture d’un service, comme le précise l’article du Code pénal, a surpris le premier substitut Julien Pronier.

 

"Comment est-ce possible de consommer quand on se sait dans l’impossibilité d’en avoir les moyens? Le prévenu a fait un véritable festin avec des dégustations de poissons et crustacés, accompagnés des meilleurs crus! Face à ce comportement de mauvaise foi vous prononcerez une peine de 1.000 euros d’amende."

Le tribunal a sévi plus encore en haussant le montant à 2.000 euros. Quant à la partie civile, représentée à l’audience par un responsable du restaurant, elle n’a pas pu obtenir le préjudice réclamé. Cette personne, chargée d’agir en justice pour le compte de la SARL, n’a pu fournir aucun mandat l’autorisant à exercer ce droit.


* Assesseurs : Florestan Bellinzona et Aline Brousse.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.