Rubriques




Se connecter à

Il possédait 111 fichiers pédophiles son ordinateur, un Italien condamné à de la prison avec sursis

Un Italien au lourd passé judiciaire dans son pays d’origine a été condamné à dix-huit mois avec sursis pour le téléchargement de cent onze fichiers pédopornographiques.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 22/12/2021 à 07:00, mis à jour le 22/12/2021 à 07:53
Le prévenu a finalement été condamné à dix-huit mois de prison assortis de la liberté d’épreuve et de l’obligation de soins. Photo Jean-François Ottonello

Une affaire de pédopornographie a été évoquée au tribunal correctionnel récemment. Elle mettait en cause un Italien soupçonné d’importation d’une centaine de fichiers sur son ordinateur, avec des mineurs dans un contexte d’esclavage humain et de violences.

Il apparaît dès l’instruction du dossier par la présidente Françoise Barbier-Chassaing que le prévenu a un lourd passé judiciaire en Émilie-Romagne. "Vous vous étiez installé à Monaco pour suivre des études commerciales dans une école. Jusqu’au jour où votre grand-père a décidé de vous couper les vivres. Contrarié, vous êtes retourné à Bologne et vous avez assassiné le père de votre mère. "

Un crime pour lequel la justice italienne l’a condamné à de la prison ferme. Une incarcération au cours de laquelle il aurait subi des traumatismes qui auraient provoqué, selon lui, des déviances sexuelles. Toujours selon le prévenu, la visualisation d’actes pervers sur des préadolescentes serait une sorte de thérapie pour parvenir à s’épanouir malgré son impuissance. La magistrate comprend difficilement cette tendance où le cynisme et l’innocence sont intimement liés.

"Aucune altération de l’esprit d’après l’expert"

"Pourtant, vous ne présentez aucune altération de l’esprit d’après l’expert, a souligné la présidente. Vous êtes relativement froid, doublé d’un manque d’empathie et d’une frustration sexuelle évidente. Vous avez eu une enfance heureuse dans un milieu aisé. La relation avec votre mère était fusionnelle. Dès lors, vos troubles obsessionnels et sexuels nécessitent des soins à cause du risque de récidive. Car vos recherches n’étaient pas limitées aux seules jeunes filles de 14 à 17 ans. Elles concernaient des bébés, des enfants. Tous ces fichiers étaient téléchargés puis effacés… "

 

"Plutôt stockés dans un nuage informatique, s’est empressée de préciser le premier substitut Cyrielle Colle dans ses réquisitions. Cent onze fichiers pour pallier les problèmes pulsionnels de cet individu pendant neuf mois, dans le but d’assouvir ses désirs sexuels déviants. C’est inquiétant ! Ces obstacles en relation avec un acte criminel ne l’obligeaient pas à se tourner vers la pédopornographie ! Cette personne ne s’est pas égarée à cause d’une situation de souffrance. Pas de sanction symbolique. Préférez une peine mixte afin que cet homme ne recommence plus : quinze mois d’emprisonnement, dont dix avec liberté d’épreuve et obligation de soins."

Trois semaines plus tard, le tribunal a évité l’incarcération au prévenu, condamné à dix-huit mois de prison assortis de la liberté d’épreuve et de l’obligation de soins.

* Assesseurs : M. Florestan Bellinzona et Mme Françoise Dornier.

Réquisitions excessives pour la défense

La sollicitation du ministère public était aussitôt rejetée par la défense, troublée par l’importance de la peine requise.

"Cinq mois ferme, fulmine Me Thomas Giaccardi, c’est totalement disproportionné ! Que cacherait-on ? Où est ce prétendu cloud informatique que l’on dissimulerait ? Penser à une frustration et à un comportement obsessionnel, c’est un raccourci plutôt rapide pour expliquer cette pénible affaire. Mon client est resté douze ans en prison, avec toutes les conséquences dramatiques et dévastatrices engendrées. Aujourd’hui, il essaie de s’en sortir. Il a un projet de créer une galerie d’art et de se reconstruire. Il a voulu sauver sa famille. Il peut bénéficier de votre compréhension et d’un sursis accessible. Pensez qu’il lui est impossible d’entreprendre une relation à cause de son blocage, avec un risque de récidive mineur. Tendez-lui la main au lieu de l’envoyer à la maison d’arrêt... "

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.