“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Il ne règle pas sa note d'hôtel et pique dans un portefeuille à Monaco

Mis à jour le 05/10/2016 à 05:09 Publié le 05/10/2016 à 05:09
Le suspect a été interpellé le 24 juin dans les locaux de la Société nautique.

Le suspect a été interpellé le 24 juin dans les locaux de la Société nautique. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il ne règle pas sa note d'hôtel et pique dans un portefeuille à Monaco

Les infractions de grivèlerie se comptent à la pelle aux audiences du tribunal correctionnel. À tel point que certains consommateurs indélicats en ont fait une véritable règle de conduite.

Comme Georges. Ce commercial a occupé une chambre à l'hôtel de France pour les deux nuits des 14 et 15 juin 2016. Mais il est parti sans payer sa note de 210 €. Il avait été condamné pour des faits identiques le 9 août dernier mais au préjudice de la SBM. C'est aussi un voleur remarqué du côté de la Société nautique…

Pour éviter de confondre à nouveau Principauté et pays du gratuit, malgré son absence à la barre, il a été condamné par défaut à deux peines d'un mois avec sursis chacune et au versement de 210 € et 140 € réclamés par les parties civiles.

La première infraction est caractérisée par le dépôt de plainte de l'hôtelier, le 24 juin. Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle fournit les éléments principaux. Recherché par la police, le quadragénaire est interpellé dans les locaux de la Société nautique, près du Yacht-club, sur le quai Louis-II qui borde le port Hercule. Il n'a profité d'aucune prestation. Mais un sociétaire l'accuse de lui avoir dérobé de l'argent dans son portefeuille laissé dans les vestiaires.

Si le voleur conteste les faits devant les enquêteurs et affirme adhérer au club, un des membres assure l'avoir vu rentrer dans ce local.

L'absence du prévenu chagrine le premier substitut Olivier Zamphiroff. « On aurait bien aimé avoir une version plus détaillée et personnelle sur les faits reprochés. Toutefois, vous allez le condamner pour l'ensemble de son œuvre à quatre mois d'emprisonnement assortis du sursis. »

Le tribunal reverra à la baisse les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.