“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il écope d'un mois de prison pour le vol d'un portefeuille dans une boutique de luxe

Mis à jour le 28/03/2018 à 21:13 Publié le 28/03/2018 à 21:12
Le prévenu était absent à l’audience.

Le prévenu était absent à l’audience. Photo Michael Alesi

Il écope d'un mois de prison pour le vol d'un portefeuille dans une boutique de luxe

Le Monte-Carlo Bay se serait-il spécialisé dans l’hébergement social? Aux dernières nouvelles, en moyenne à 300€ par jour la chambre, l’établissement ne semble pas avoir embrassé cette vocation. Alors comment un Marseillais, sans emploi, pouvait-il être considéré comme un client privilégié et s’acquitter de son hébergement réservé?

 Le tribunal était dans l’incapacité d’y répondre – ce n’était pas l’infraction reprochée mais bien en relation. En revanche, il a condamné ce Français de 25 ans, absent à l’audience, à une peine d’un mois d’emprisonnement pour des faits de vol.

Le prévenu a tout d’un flambeur et d’un malfaiteur. Vit-il de quelque rente cachée? Le 8 janvier 2016, il est venu en Principauté, les poches pleines d’argent, pour s’offrir une paire de mocassins.

Pas n’importe lesquels! Il a fait son choix au sein de la boutique Christian Louboutin de l’avenue de Grande-Bretagne, créateur célèbre pour ses chaussures à semelles rouges.

Après avoir réglé 845€, il est enregistré dans le fichier des bons clients. En faisant un petit tour dans les rayons, il flashe sur un portefeuille à 380€.

Il est saisi d’une envie de le subtiliser furtivement…

Confondu par ses empreintes

Le gérant et l’employé ne tardent pas à s’apercevoir de la disparition de l’objet en cuir noir constellé de cônes dorés.

Afin de mettre un visage sur l’auteur du fait délictueux, ils visionnent les enregistrements de la vidéosurveillance intérieure. Quand apparaît le client dont ils viennent de saisir l’identité pour leur fichier personnel.

Drôle de bonhomme! Sur les images, il reluque la pièce de maroquinerie, ouvre son blouson, écarte son pantalon et glisse l’objet jusqu’au niveau du bas-ventre…

"Les policiers tentent de convoquer l’escamoteur sans succès, raconte le président Florestan Bellinzona.

Il est reconnu au cours d’un simple contrôle sur le territoire monégasque le 12 mai 2017. Conduit à la Sûreté publique et sans aucun papier, il fournit une fausse identité. Toutefois, les agents, par précaution, prennent ses empreintes. Le 4 mars dernier, l’individu est de retour pour un séjour au palace."

Cette fois, l’habituel relevé des fiches d’hôtel met les policiers sur une piste. Les fonctionnaires vérifient attentivement le document présenté car il est pourtant déclaré perdu sur leur base de données.

Une comparaison des empreintes avec celles prélevées antérieurement révèle une parfaite concordance.

Pas mieux à Marseille

Interpellé et interrogé, le Marseillais justifie ses incursions monégasques parce qu’il n’y a pas d’aussi belles affaires vendues dans les boutiques de la cité phocéenne.

Il a donné une fausse identité à l’époque parce qu’il était sous contrôle judiciaire et qu’il avait l’interdiction de quitter le territoire national.

"Mais il affirme n’avoir rien volé, indique le magistrat. Le prévenu niera le vol jusqu’au bout alors que la vidéo l’accable. Si son casier est vierge à Monaco, il fait état de six mentions en France pour stupéfiants, recel de vol, conduite sans permis, ivresse au volant…"

Laissé libre à l’issue de sa garde à vue, il avait l’obligation de comparaître sur notification. Néanmoins, le procureur Cyrielle Colle constate "les passages réguliers de l’intéressé en Principauté, sauf aujourd’hui!"

C’est un vol d’opportunité et il est revenu à Monaco sous une fausse identité. Ce personnage est défavorablement connu de la police hexagonale. Même sans antécédent judiciaire monégasque, il mérite une peine ferme d’un mois de prison."

 Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct