“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il commande une McLaren de près de 200.000 euros avec un chèque sans provision

Mis à jour le 14/12/2017 à 22:42 Publié le 14/12/2017 à 22:38
«On relève également plusieurs infractions financières astucieuses sur son casier judiciaire français», a souligné le procureur Alexia Brianti.

«On relève également plusieurs infractions financières astucieuses sur son casier judiciaire français», a souligné le procureur Alexia Brianti. Photo Cyril Dodergny

Il commande une McLaren de près de 200.000 euros avec un chèque sans provision

Acquérir une McLaren! C’est, peut-être, l’histoire d’une folle passion mécanique! Mais se brouiller avec l’autorité judiciaire pour avoir commandé une des plus belles voitures sportives de tous les temps avec un chèque sans provision…

Pareille bêtise ne pouvait conduire qu’à une spéculation désastreuse et devant le tribunal correctionnel! On aura peu d’explication sur les raisons personnelles d’un tel comportement.

Le prévenu, un Français résidant à Istres, avait préféré l’absence à l’audience. Il n’échappera pas pour autant au châtiment de la justice avec une condamnation par défaut à deux mois d’emprisonnement avec sursis. Plus le versement d’une somme de 20.000 euros à la partie civile.

Un casier déjà bien chargé en France

 

Poussons la porte de la concession «Monaco Luxury Cars» pour s’intéresser aux faits. En février 2016, un homme de trente-six ans, sans profession, vient y commander une McLaren au tarif affiché de 198.000 euros. Afin de confirmer l’achat, le vendeur demande un acompte de 20.000 euros par chèque.

Face à cette dépense, l’acquéreur y consent. Mais à condition de différer l’encaissement au moment de la livraison. Pour cause de finances précaires? Car le bénéficiaire du véhicule d’élite ne donne plus aucune nouvelle. Il fait même opposition sur le chèque «pour perte» quand le prestataire dépose la caution à la banque.

«Entendu par la police française, complète le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, ce personnage a reconnu qu’il ne pouvait plus honorer la commande suite à une grève à Fos qui avait ruiné son commerce, en plus de son divorce. Il conteste sa responsabilité, car la société monégasque avait revendu le véhicule entre-temps. Enfin, au niveau du profil, cet individu a été condamné en France pour vol, falsification, usage de chèque contrefait, abus de confiance, escroquerie, abus de biens sociaux.»

La partie civile, par la voix de Me Olivier Marquet, estime que le prévenu «raconte ce qu’il veut. Il a toujours évoqué des tas d’explications qui ne tiennent pas la route. Une fois, il a une tumeur de l’œsophage au stade 3. Devant les policiers, il n’en parle plus mais raconte une histoire de divorce. Le plaignant pensait qu’il avait à faire à un client de bonne foi. En fait, la mauvaise foi est totalement constituée. Le véhicule a été revendu un an plus tard avec une perte financière. Nous réclamons les 20.000 euros, plus 10.516 euros de préjudice, plus 5.000 euros de frais de parking.»

"Il invoque des explications fantaisistes"

 

En conclusion, le procureur Alexia Brianti définira le moyen de paiement comme «un chèque sans provision. Ce monsieur savait pertinemment qu’il devait être encaissé. Afin de ne pas payer l’acompte, il invoque sa perte et bien d’autres explications fantaisistes. On relève également plusieurs infractions financières astucieuses sur son casier judiciaire français. Cela colore sa personnalité. Vous entrerez en voie de condamnation avec une peine d’un mois d’emprisonnement assorti du sursis et 2.000 euros d’amende.»

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public et il allouera la somme de 20.000 euros au plaignant.


La suite du direct