Il aperçoit des effets personnels oubliés sur une moto et les emporte... pour éviter qu'ils soient volés

Un Niçois au chômage dérobe et conserve des objets sur une moto stationnée sur un parking à Monaco afin de prévenir l'éventuel vol de ceux-ci. Déjà connu de la justice en France pour des faits similaires, le prévenu a été condamné par le tribunal correctionnel de Monaco.

Article réservé aux abonnés
Jean-Marie Fiorucci Publié le 13/12/2022 à 11:33, mis à jour le 13/12/2022 à 15:21
Un Niçois au chômage dérobe et conserve des objets sur une moto stationnée sur un parking à Monaco afin de... prévenir l'éventuel vol de ceux-ci. Photo archives NIce-Matin

Le tribunal correctionnel de Monaco n’a pas considéré totalement innocent un voleur qui avait dérobé, le 14 octobre 2019, vers 14 heures, un casque de moto, un coupe-vent et un porte-clés sur une moto stationnée au parking des Pêcheurs.

Même si le geste, d’après l’auteur des faits, avait été effectué instinctivement afin de prévenir un éventuel vol! Certes, on ne pouvait reprocher à ce Niçois, chauffeur-routier au chômage, d’avoir écoulé ces objets puisqu’il les avait conservés entre-temps et ramenés le jour de l’audience afin de les remettre aux juges.

Mais s’il n’y avait pas eu la plainte de leur propriétaire à la suite de la constatation de leur disparition, il était facile de parier que le véritable bénéficiaire aurait été différent.

Et sur ce point, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a tout entrepris pour forcer le prévenu à une reconnaissance de l’infraction. "Quand le vol a été dénoncé, les policiers ont exploité les enregistrements des caméras de vidéosurveillance. On voit un homme descendre du bus, se diriger vers le deux-roues. Il se penche et il procède à des manipulations, fouille. Il a un casque dans les mains et il part le cacher dans le bus. Puis il revient... Vous êtes identifié grâce aux images et finalement vous êtes convoqué et entendu en 2022 par la Sûreté publique. Vous contestez toujours les faits?"

L’homme de 48 ans est apparu un peu mystérieux dans ses explications. "J’avais remarqué les clés laissées sur la moto. Et comme pas mal de gens tournaient autour, j’ai voulu mettre ces objets à l’abri. Je n’avais aucune intention de les voler. J’avais donc remis les clés au gardien..."

Réaction subite du magistrat: "Mais depuis 2019 vous avez conservé le casque de moto et le coupe-vent... Votre casier judiciaire monégasque est néant. Vous avez été condamné cependant en France pour dégradations et vols!"

"Pourquoi ne pas avoir ramené ces objets à la police?"

Le substitut Emmanuelle Carniello s’est également interrogée sur un aussi long temps d’attente pour rendre le matériel concerné. "Pourquoi ne pas avoir ramené ces objets à la police si vous vouliez éviter qu’ils disparaissent? D’autre part, ce que vous avez dit aux enquêteurs et le visionnage des images ne correspondent pas. Vous prononcerez une peine de deux mois d’emprisonnement assortie du sursis à l’encontre de Monsieur."

Un court commentaire du prévenu pour assurer sa défense: "J’aurais dû les laisser à leur place..."

Puis le tribunal a fait preuve d’une once de clémence avec une condamnation ramenée à quinze jours, toujours assortie du sursis.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.