Rubriques




Se connecter à

Il accepte 200 € provenant d'un vol de portefeuille: 15 jours avec sursis

Le fait d'accepter ou de conserver de l'argent d'origine délictueux, même provisoirement, constitue une infraction de recel. Giovanni semblait l'ignorer quand son ami lui a remis 200€ provenant d'un portefeuille subtilisé frauduleusement près d'une table de jeu au Casino de Monte-Carlo !

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 04/07/2016 à 05:05, mis à jour le 04/07/2016 à 05:05
Phoot Michaël Alesi

Mercredi dernier, les services de sécurité de la SBM interpellent cet homme de soixante-neuf ans pour le confronter aux enregistrements de la vidéo-surveillance. Car un vol a été commis la veille dans le Casino. Au fil des images, on voit un objet sombre dépasser de la poche d'un joueur puis tomber sur le sol. Les deux Italiens, avec leurs pieds, le rapprochent d'une table de jeu pour s'en saisir... et le conserver !

« Pourquoi pareil manège ? », interroge le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Sans onctuosité hypocrite, mais plus par niaiserie, le prévenu déclare : « Je perdais au jeu. Je m'énervais. Au même moment, mon ami me prévient qu'il y avait un portefeuille par terre. Il me demande de le prendre et de le remplacer pour miser à la roulette. Je lui ai d'ailleurs remis ses gains... C'est tout ! On voit bien que je n'ai rien pris. Plus tard, ce copain est sorti avec le portefeuille qui contenait 4.000 couronnes. Puis il a changé l'argent et il m'en a offert la moitié pour me faire un cadeau... »

Cadeau ou incitation à la compromission ? Le président, dont les expressions congruentes s'adaptent aux circonstances, relativise : « Vous saviez pourtant que la somme provenait d'un vol ! »... Le détenu ne peut pas nier. « Je l'imaginais, mais je n'ai rien demandé. Je suis retourné le lendemain jouer avec un autre ami qui m'avait invité à l'accompagner au Casino. J'étais venu avec mon propre argent... »

 

Pour le procureur général adjoint, « C'est l'occasion qui a fait le larron ! Ce senior, aux casiers vierges, va commettre un recel de vol. Certes, son ami prend le portefeuille et lui remet 200€ !

Le prévenu est interpelé avec une partie du butin. Cela mérite une peine de quinze jours ferme ! »

Ces réquisitions font bondir la défense. « Quinze jours pour une opportunité ? relève Me Sarah Filippi. Mon client a un rôle passif. Il n'y a pas d'incohérence dans ses propos, mais de la bonne foi. Et on ne prouve pas qu'à son retour au Casino l'argent provient du vol. Juridiquement, il ne peut pas être condamné pour recel sans preuve. Cet homme n'est ni un délinquant, ni un voyou ! Il a seulement eu tort d'accepter : il le reconnaît. »

Le tribunal transformera les réquisitions du ministère public en sursis.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.