Rubriques




Se connecter à

Huit jours ferme pour avoir volé des parfums à Sephora

Marek, ce SDF germano-polonais, simulait-il un égarement de l'esprit aux fins d'incarcération, le jour de sa comparution devant le tribunal correctionnel pour avoir dérobé deux parfums à Monte-Carlo (1) ?

J.-M. F. Publié le 22/12/2015 à 05:08, mis à jour le 22/12/2015 à 05:08

Marek, ce SDF germano-polonais, simulait-il un égarement de l'esprit aux fins d'incarcération, le jour de sa comparution devant le tribunal correctionnel pour avoir dérobé deux parfums à Monte-Carlo (1) ? La question n'est pas anodine à la conclusion de l'expertise psychiatrique demandée à cette audience par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle : aucune altération mentale.

C'est la raison pour laquelle Marek est revenu devant les juges. Il a été condamné, cette fois, à huit jours de prison ferme. Une peine qualifiée de « dérisoire » par le marginal, dont le dessein était manifestement de profiter le plus possible du gîte et du couvert de la maison d'arrêt.

Bref rappel des faits : dans la galerie commerciale du Métropole, le 30 novembre dernier, au moment de la fermeture, le prévenu sort de chez Sephora avec deux flacons de parfum Dior. À son passage, les portiques de sécurité déclenchent l'alarme. L'homme s'éloigne. Il est vite rattrapé par les vigiles qui constatent le vol.

« Je dors à l'aéroport »

« Vous subsistez grâce aux rapines, lance le président Florestan Bellinzona. Depuis quelques années, vous avez choisi ce mode marginal pour traverser l'Europe. Et les procédures d'extradition vous servent pour voyager. Comme vous vivez dans la rue, vous avez volé à Monaco pour être incarcéré…

 

- Je dors dans le terminal 2 de l'aéroport de Nice, répond le prévenu. Voilà bientôt dix ans que je mène cette existence et je n'ai pas envie d'en changer…

- Vous avez été condamné en Pologne, Suède, Finlande, au Danemark, Luxembourg… Il ne reste plus que l'Italie et l'Espagne », reprend le président.

Le procureur Cyrielle Colle va dans le même sens que le président. « Compte tenu de sa personnalité marginale et de la volonté de commettre des larcins pour finir en détention, cet homme désirait un mois de prison. Mettons huit jours ferme… »

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.