“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Huit jours de prison avec sursis pour un abus… de vin rosé !

Mis à jour le 18/10/2018 à 05:04 Publié le 18/10/2018 à 05:04
On ne saura jamais combien la conductrice a bu de verres de rosé.

On ne saura jamais combien la conductrice a bu de verres de rosé. archives Philippe Bertini

Huit jours de prison avec sursis pour un abus… de vin rosé !

Une femme de 39 ans se présente à la barre.

Une femme de 39 ans se présente à la barre. Son souci ? Aimer le vin rosé jusqu'à plus soif ! Au point d'arrêter de compter dès le premier ballon avalé. Outre la simplification arithmétique. La gravité ? Le danger guette avec l'absence de discernement dans l'aptitude à conduire un véhicule.

Pour ces raisons, cette Française résidant à Vintimille a comparu, mardi, devant le tribunal correctionnel pour avoir pris le volant de sa voiture avec une ivresse sévère et provoqué un accident, le 20 mai dernier, vers 1 h 20, devant le Monte-Carlo Bay, au Larvotto.

Son taux ? On ne le saura jamais ! Car cette conductrice a refusé de se soumettre au dépistage de son alcoolémie quand elle a été conduite au CHPG par les policiers pour être examinée.

Déjà condamnée pour conduite alcoolisée

Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle s'interroge…

« J'ai bu plusieurs verres de rosé et des cocktails.

- C'est donc l'alcool qui a mis à mal vos fonctions oculaires ?

- Pas exactement ! La collision est survenue quand j'ai voulu ramasser mon téléphone portable. C'est là que j'ai perdu le contrôle du véhicule. J'ai eu tort. Je ne m'en suis pas rendu compte sur le coup. Dans mon malheur, j'ai eu de la chance de ne blesser personne. C'est vrai : je roulais doucement, à 20 km/h… »

Un coup d'œil sur ses casiers judiciaires : cette dame a été condamnée en France, en 2015, pour des faits identiques.

« Au-delà de deux verres, je rentre à pied »

Au début de ses réquisitions, le premier substitut Cyrielle Colle rappelle quelques mesures préventives contre le risque de prendre la route après avoir bu. « Il faut se poser la question : suis-je apte à conduire ? Au-delà de deux verres d'alcool, ou je rentre à pied ou je bois de l'eau. Car cette dame, même les yeux ouverts, ne marchait pas droit. En refusant de se soumettre au contrôle, cela laissait à penser que son alcoolémie était très largement supérieure… Entre ivresse, refus, accident, vous pouvez prononcer une peine de dix à quinze jours d'emprisonnement assortie du sursis, afin que le message soit clair. »

Le tribunal s'en tiendra à huit jours avec sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct