“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Harcèlement, violences, humiliation... La triste histoire d'un couple qui se déchire au tribunal de Monaco

Mis à jour le 24/02/2020 à 08:46 Publié le 24/02/2020 à 08:55
«On s’est séparé parce que la vie était intenable», a confié la plaignante au tribunal correctionnel de Monaco.

«On s’est séparé parce que la vie était intenable», a confié la plaignante au tribunal correctionnel de Monaco. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Harcèlement, violences, humiliation... La triste histoire d'un couple qui se déchire au tribunal de Monaco

Triste histoire pour un couple quadragénaire. Après dix ans de vie commune, une séparation en novembre 2016 et aujourd’hui divorcés, un homme et une femme se sont encore déchirés devant le tribunal correctionnel de Monaco.

Ils ont fait revivre la redoutable toxicité de leur situation matrimoniale, avec la banalisation, pendant vingt-deux mois, du mal insidieux exercé sur autrui: le harcèlement.

L’arme fatale. Surtout létale pour une relation! Car ils ont tué définitivement le plus petit lien qui pouvait encore les sauver: la légitimité émotionnelle. D’autant qu’à l’audience, ils ont démontrés un solide apprentissage mutuel de la haine et une expérience réciproque acquise du mépris.

Alors, d’un côté comme de l’autre, face au président Jérôme Fougeras Lavergnolle, mais très éloigné de la barre, chacun fait part d’une souffrance psychique: la seule réponse à leur "deuil".

Monsieur, le prévenu, reproche à son ex-conjointe des insultes, des violences, l’humiliation. "J’étais traité d’impuissant parce qu’elle voulait un enfant, confie-t-il sans indifférence. Tout a été fait sous la contrainte. Une fois enceinte, nous n’avons plus eu aucun rapport. Madame était infidèle. Pendant des années, je n’ai pas pu m’exprimer. J’étais isolé avec deux seuls contacts: ma fille et ma mère."

"Il voulait m’empoisonner"

Toute cette rancœur, l’ex-époux a choisi de l’exprimer à travers le harcèlement. "Je ne le conteste pas, reconnaît-il. J’ai envoyé jusqu’à cinquante SMS au mois de mai 2018. Je voulais qu’elle se rende compte de ses manipulations. Je ne voulais pas être le bourreau: je suis parti! C’était l’enfer!" 

Et la descente aux enfers pour la plaignante. "Ce que dit Monsieur est faux!, s’empresse-t-elle de rajouter. On s’est séparé parce que la vie était intenable. Il ne voulait pas acheter de meubles. On couchait à même le sol. Pendant des mois, je l’ai supplié de faire quelque chose."

La mère fait part des troubles remarqués chez sa fille. "Dès le début, je suis allée voir un psychologue. Je voulais protéger ma fille. Il me fallait agir devant ses menaces: il voulait m’empoisonner. Ça fait peur…"

Son conseil, Me Julie Rovere, du Barreau de Nice, ne tient plus en place. "À écouter Monsieur, j’ai l’impression que ma cliente est la prévenue. Aujourd’hui, on la désigne à nouveau comme une manipulatrice. C’est faux! Cet homme va la dénoncer aux services sociaux. Imaginez ce qu’elle a dû ressentir devant les responsables de son entreprise. C’est un jeu pour Monsieur. Mais Madame a peur de perdre sa vie sociale, professionnelle. Nous demandons 7.000 euros pour le préjudice, plus 4.000 euros pour les frais de procédure."

"C’était une union sur fond de relation toxique"

Le prévenu est présenté comme un destructeur des santés mentales de la mère et de la fille par la procureure Alexia Brianti. "C’est l’auteur d’une infraction grave de harcèlement et des faits réprimés par le législateur. Il y a d’autres façons de se libérer quand on est en colère. C’est un comportement inacceptable. Je crains la poursuite d’autres procédures. La peine la plus pédagogique possible est un sursis d’au moins quatre mois."

Comment inverser la tendance pour Me Sophie Jonquet? "J’ai rencontré mon client à une époque où il voulait se foutre en l’air. Il n’était même pas au courant de son statut de divorcé. Ce dossier a été plaidé sans qu’il en soit informé. Il est bien victime d’une décision de justice."

Finalement, l’avocate niçoise en convient. "C’était une union anormale sur fond de relation toxique. Ces deux-là étaient incompatibles. Monsieur a tout fait pour calmer la situation. On lui a répondu: circulez, il n’y a rien à voir. Il a été humilié, traîné dans la boue parce qu’il n’a pas d’activité professionnelle élevée. Comment Madame peut être terrorisée quand 1.000km d’écart les séparent? Dans ce dossier, la souffrance est des deux côtés. À cette audience, vous n’avez pas un prévenu et une plaignante. Mais deux victimes. Ne rajoutez pas une injustice. Quant à la petite, elle n’est pas en danger!"

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public, avec une peine de quatre mois avec sursis et réduit les demandes de la partie civile au versement de 6.000 euros en totalité.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.