“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Golfe-Juan : les deux braqueurs vont être déférés

Mis à jour le 26/12/2015 à 05:11 Publié le 26/12/2015 à 05:11
Peu de temps après les braquage, les deux individus avaient été interpellés au terme d'une course-poursuite.	(PhotoJ.-S. Antomarchi

Golfe-Juan : les deux braqueurs vont être déférés

Les deux braqueurs de la bijouterie Precior, avenue de la Gare à Golfe-Juan, étaient encore en garde à vue, hier, dans les bureaux de la police judiciaire de Nice (nos éditions d'hier).

Les deux braqueurs de la bijouterie Precior, avenue de la Gare à Golfe-Juan, étaient encore en garde à vue, hier, dans les bureaux de la police judiciaire de Nice (nos éditions d'hier).

Les deux jeunes, qui habitent le bassin antibois, seront déférés ce matin devant le parquet de Grasse.

Jeudi vers 10 heures, ils ont fait irruption armés dans la bijouterie. Il s ont frappé et blessé à la tête le bijoutier avant de prendre la fuite avec leur butin.

Ils ont été rattrapés quelques minutes plus tard par les policiers municipaux et nationaux de Vallauris.

Selon toute vraisemblance, les deux malfaiteurs seront mis en examen ce matin pour vol avec violence, avec arme et en réunion. Ils comparaîtront dans le cadre d'une comparution immédiate lundi après-midi, à Grasse. Mais ils devraient solliciter un délai pour préparer leur défense.

L'un d'eux, en état de récidive légale, est également soupçonné d'avoir attaqué en solitaire une supérette à Antibes. Âgé de 23 ans, il encourt vingt ans de réclusion criminelle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct