“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

En pleine rupture sentimentale, il se fait prendre le nez dans la poudre.

Mis à jour le 22/02/2018 à 21:23 Publié le 23/02/2018 à 08:30

En pleine rupture sentimentale, il se fait prendre le nez dans la poudre.

Pour 0,65 g de cocaïne, un Beausoleillois de 30 ans a comparu devant le tribunal correctionnel pour détention et usage de stupéfiants. Il s’est fait piéger dans la soirée du 19 janvier dernier, au Sass’ Café, par les agents de la Sûreté publique.

Les fonctionnaires avaient entrepris une ronde des établissements de nuit afin de pincer tous les consommateurs potentiels de stupéfiants.

Bonne pioche! Les policiers surprennent l’individu au moment où il pénètre dans les toilettes. Ils l’observent patiemment et le laissent s’enfermer dans le WC.

0,65g de drogue

Au moment de sortir, ils interpellent le personnage qui vient de sniffer une ligne de coke. Très vite, celui-ci remet aux inspecteurs un petit sachet suspect camouflé dans ses vêtements: un pochon de 0,65g de blanche…

Si la quantité n’est pas assez importante pour laisser suspecter un trafic, à l’audience le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle s’interroge. "Où avez-vous acheté la drogue? Depuis combien de temps consommez-vous? À quelle fréquence? Est-ce encore le cas aujourd’hui?"

Rupture sentimentale

Le prévenu veut bien coopérer. "C’est un ami qui me l’a donnée. Je ne l’ai pas refusée, car j’étais en pleine rupture sentimentale. Je voulais retrouver de l’espoir avec cette substance. J’en ai pris deux fois! Il est vrai, j’avais un peu bu également ce soir-là. Mais c’était destiné à ma consommation personnelle. Aujourd’hui, je ne touche plus au moindre alcaloïde…"

"Poudre de l'hyper angoisse"

Le ministère public jette une lumière d’espoir sur le fautif aux casiers judiciaires vierges. "Monsieur n’était pas parmi les prévenus qui ont comparu ces jours derniers à cause d’une consommation importante de cette poudre du désespoir, de l’hypermodernité, de l’hyper angoisse, rappelle le premier substitut Olivier Zamphiroff. Elle va pourtant entraîner sa condamnation. Je propose une peine d’amende ferme que je situe sur une échelle de 600€ à 1000€."

Le tribunal le déclarera coupable des faits reprochés et le condamnera à une peine symbolique de 300 € d’amende avec sursis. Certainement en guise d’avertissement!


La suite du direct