“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

En infraction pour un pneu usagé, il scie la chaîne sur son scooter

Mis à jour le 30/01/2017 à 05:06 Publié le 30/01/2017 à 05:06
Le gérant a affirmé n’avoir jamais signé les deux chèques en question.

Le gérant a affirmé n’avoir jamais signé les deux chèques en question. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

En infraction pour un pneu usagé, il scie la chaîne sur son scooter

Il n'en a pas l'air, mais un agent du trafic aérien est apparu réticent à toute injonction policière au cours de sa comparution devant le tribunal correctionnel.

Il n'en a pas l'air, mais un agent du trafic aérien est apparu réticent à toute injonction policière au cours de sa comparution devant le tribunal correctionnel.

Le 27 juillet dernier, cet employé de "Monacair" gare son scooter sur le parking de l'héliport. Vers 12 h 45, un policier remarque un pneu fortement dégradé pouvant représenter un danger pour les usagers de la route du fait de son mauvais état. Il prend la décision qui s'impose en immobilisant le cyclomoteur avec une chaîne.

Vers 14 h 20, ce même conducteur de deux-roues est interpellé au niveau du rond-point de Carrefour sur son engin. Mirage ? Non ! L'individu a coupé la chaîne avec une scie à métaux prêtée par un mécano.

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle veut des explications. "Comme je n'ai jamais vu la plaque police, relate le prévenu, j'ai cru à une blague des copains."

Il n'y avait même pas de carton jaune paraît-il! "Pourtant, poursuit le magistrat, quand on vous arrête, vous avez la convocation sur vous…"

A la barre, l'homme réfute cette assertion. "Je n'avais rien sur moi ! J'ai de mauvaises relations avec un policier. Alors, il s'acharne. Il me dresse jusqu'à dix P.V. en peu de temps. Je ne comprends pas…"

Ce n'est pas l'avis du procureur Alexia Brianti. "Il faut être sérieux. Les faits ont été volontairement commis. Contrôlé une première fois, Monsieur est sensibilisé sur la dégradation de son pneumatique. Dix jours plus tard, rien n'a changé… Le prévenu a volontairement scié la chaîne de police avant de la jeter à la poubelle. Comme il a dû s'apercevoir de la plaque…"

Et de poursuivre: "Il avait bien la convocation sur lui. C'est confirmé par les rapports. Suffisamment cléments au début, les fonctionnaires ont ramené le mis en cause au poste de police, sans être considéré comme un criminel, pour être entendu. Préférez une forte amende, car ce conducteur ne doit pas se permettre de rouler en toute impunité."

Le tribunal suivra, à auteur d'une somme de 500 euros, les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.