“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Elle publie des photos de son ex nu pour se venger de son infidélité

Mis à jour le 19/02/2021 à 07:28 Publié le 19/02/2021 à 07:20
La prévenue est accusée d’avoir publié des photos intimes de son ex.

La prévenue est accusée d’avoir publié des photos intimes de son ex. (Illustration J.-F. Ottonello)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Elle publie des photos de son ex nu pour se venger de son infidélité

Pour se venger de l’infidélité de son ex-compagnon, une quinquagénaire a diffusé des photos intimes avec sa nouvelle conquête. Et tenté de vendre son appartement à Cap-d’Ail à prix bradé!

Une fois le bon temps du bonheur de couple passé, la vengeance est un plat qui se partage de plus en plus, avec pour tribune les réseaux sociaux. L’affaire d’usurpation d’identité et d’atteinte à la vie privée évoquée devant le tribunal correctionnel a mis en exergue le différend de deux amants déçus de l’expérience concubinaire. Que restait-il de cette idylle de dix-huit mois entre la prévenue et le plaignant ? De la haine, de la colère, des répercussions désagréables sur leur vie privée respective et une quinquagénaire suédoise qui a très mal digéré la rupture… Les tiraillements et contrevérités de part et d’autre ont occupé une bonne partie de la matinée et conduit au comble de l’exaspération les magistrats.

De très mauvaise foi à la barre, cette femme, assez autoritaire, avait décidé de tourmenter son ex-compagnon pour avoir mis fin à leur relation sans ménagement. Entre les mois de février et novembre 2019, cette Scandinave avait ainsi posté sur Facebook des photos intimes, explicites, de son ex-amant à côté de sa nouvelle conquête dénudée.

"Son analyse n’a aucun sens"

Elle publiait aussi sur Internet la mise en vente, à des prix défiant toute concurrence, de deux appartements propriétés du plaignant, dont un est situé à Cap-d’Ail et estimé à 700 000 euros. Des clichés de tableaux volés dans l’appartement sont également publiés sur Instagram.

Le président Florestan Bellinzona a toutes les peines du monde pour obtenir la vérité sur les faits et canaliser la prévenue. Impérieuse, elle a tergiversé sur l’ensemble des points du dossier avec une manie d’ergoter à chaque remarque. Pourtant son langage trompeur est mis à mal par les parties civiles. L’ex-concubin la soupçonne d’avoir soustrait frauduleusement un support numérique dans son coffre-fort et d’utiliser les actes notariés volés pour divulguer autant d’informations sur un site de ventes en ligne.

Son conseil, Me Arnaud Cheynut, a perçu dans ces infractions "tout le mal souhaité à mon client et à cette autre femme qu’elle considère comme une rivale. Les images intimes, transmises dans le cercle d’amis de Monsieur sans son consentement, ont été source de désagréments. La prévenue se dit victime d’un stratagème : ce n’est pas crédible. Son analyse n’a aucun sens. Le préjudice moral s’élève à 3 000 euros." L’autre victime est abasourdie par toutes les manœuvres emmanchées pour lui nuire. "Elle a également vendu mes affaires qui étaient restées chez Monsieur. Je réclame la somme de 7 743 euros pour tous préjudices."

"On est en pleine science-fiction"

La prévenue demeure inflexible. Elle a réfuté tous les vols reprochés. Quant aux images intimes, elle les a bien reçues sur son smartphone. Mais parce que son ancien ami "a piraté le portable de mon fils afin de me faire porter la responsabilité des envois." Les annonces de vente des appartements ? "C’était pour l’embêter et attirer son attention sur ma situation. Je suis autoentrepreneur au chômage…"

À l’heure des réquisitions, le premier substitut Cyrielle Colle note à ce sujet que l’ancien compagnon a reçu plus de cent vingt appels pour acheter les appartements, tellement le prix mentionné était intéressant ! "Sur la potentielle volonté de hacker le téléphone, on est en pleine science-fiction pour nuire aux personnalités des deux victimes. La prévenue refuse de reconnaître sa responsabilité. Aucun mot d’excuse ! Sanctionnez ce comportement. Une peine d’amende n’est pas suffisante. Huit jours de prison avec sursis pour prendre conscience…"

Le tribunal s’est cantonné à une peine d’amende de 10 000 euros, avec le versement respectif des sommes de 4.000 et 2.000 euros pour les parties civiles.

Au moment de se défendre, sans avocat, la quinquagénaire a de nouveau affirmé qu’il n’y avait rien de vrai. "Je n’ai rien vendu. Au contraire, j’ai essayé d’aider cet homme. À l’époque, il voulait s’occuper de moi et de mes enfants. Il m’a demandé de l’épouser. J’ai trouvé que c’était trop rapide. Dans le placard, il y avait bien des habits de femme. Je croyais que c’était à son ex-épouse. Je les ai jetés ! C’est à cet instant qu’il m’a mis à la porte. Car cet infidèle était déjà avec une autre femme. Il n’a jamais voulu discuter. Il est allé jusqu’à me prendre ma carte SIM pour avoir accès aux informations et contacts personnels. Je n’ai jamais posté d’images intimes…"

Mécontente de la sanction prononcée par le tribunal, la femme condamnée s’est aussitôt rendue au greffe général à la sortie du prétoire pour interjeter appel de la décision.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.