“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Elle percute un jeune homme autiste à un passage piéton à Monaco et écope d'une amende

Mis à jour le 05/07/2020 à 17:59 Publié le 05/07/2020 à 18:01
La conductrice n’a pas vu surgir le piéton sur l’avenue Princesse-Grace.

La conductrice n’a pas vu surgir le piéton sur l’avenue Princesse-Grace. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Elle percute un jeune homme autiste à un passage piéton à Monaco et écope d'une amende

L'automobiliste, qui circulait sur l'avenue Princesse-Grace à Monaco, n'avait pas vu surgir le piéton. Elle a été condamnée à 1.000 euros d’amende, plus le versement d’une somme globale de 5.000 euros à la partie civile.

C’est au niveau d’un passage protégé de l’avenue Princesse-Grace qu’un jeune homme a été renversé par un véhicule, le 12 décembre.

Vers 15h25, la conductrice, une juriste danoise, a été surprise par la victime qui traversait en courant. Elle n’a pu éviter le choc.

À l’audience, le président Florestan Bellinzona lui a pourtant reproché de ne pas avoir respecté la priorité aux piétons. "Les blessures provoquées sont légères, avec une ITT de cinq jours. Mais c’est un drame pour les parents car ce majeur sous tutelle souffre de troubles auditifs graves et il n’arrive pas à s’exprimer."

La prévenue, choquée par cet accident, a estimé qu’elle roulait "doucement: pas plus de 30 km/h. Je n’ai vu personne traverser la chaussée. Mais dès que j’ai senti un léger choc sur la droite, puis des cris, je me suis aussitôt arrêtée".

La douleur des parents

L’avocat de la partie civile, Me Hervé Campana, soupçonne "une conductrice qui ne se sent pas tout à fait responsable".

"Sa faute est entière et elle ne fait aucun doute. L’accident est arrivé parce que la victime était autiste? Justement, nous venons faire entendre sa voix devant votre juridiction. C’est un miracle si le blessé n’a pas eu des membres brisés. Nous réclamons une expertise, une provision de 15.000 euros et 25.000 euros de préjudice matériel."

Les parents du plaignant évoquent aussi leur douleur. "Nous avons mis vingt-trois ans pour échafauder un château de cartes. Du jour au lendemain, tout s’est effondré. C’est un choc psychologique…"

La dimension humaine de ce dossier est largement prise en compte par le premier substitut Cyrielle Colle dans ses réquisitions. "L’affaire va bien au-delà de la responsabilité pénale. Madame n’a jamais vu le piéton car il arrivait en bout du passage protégé. C’est une infraction grave. La sanction? Une amende de 1.000 euros."

Pour "un instant d’inattention"

Combien la défense va regretter l’absence d’enregistrement vidéo afin de cibler les responsabilités réciproques.

"Ma cliente, s’interroge Me Suzan Okar, du barreau de Nice, ne comprend pas son instant d’inattention. Cependant, elle ne cherche pas à fuir ses responsabilités. Je souhaiterais la non-inscription de sa condamnation au casier judiciaire afin de ne pas nuire à sa profession. Enfin, ramenez à de plus justes proportions les demandes de la victime."

Comme il est de règle depuis la crise sanitaire, le délibéré a suivi sur-le-champ. Le tribunal a prononcé une peine de 1.000 euros d’amende et une expertise, plus le versement d’une somme globale de 5.000 euros à la partie civile. Il a fait droit à la demande de ne pas porter la sanction sur le casier judiciaire.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.