“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Elle imite la signature de son ex-mari pour vendre son scooter

Mis à jour le 25/09/2017 à 14:24 Publié le 25/09/2017 à 14:22
Tribunal de Monaco.

Tribunal de Monaco. Photo Cyril Dodergny

Elle imite la signature de son ex-mari pour vendre son scooter

C’est un dossier assez inhabituel qu’a examiné le tribunal correctionnel. Surtout en raison du contexte familial. Une quinquagénaire, comptable de profession, séparée de son mari et résidant à Vintimille, était poursuivie pour faux et usage de faux en écriture privée.

Elle avait imité la signature de son ex-époux sur l’acte de vente d’un scooter.

La transaction intervient après la séparation où la situation s’est rapidement dégradée. D’où la réaction du plaignant: il dépose plainte et vient exprimer à la barre son indignation devant pareil procédé.

Mais il ne demande aucun préjudice matériel, financier ou moral.

En revanche, la femme mise en cause est absente. C’est au président Florestan Bellinzona d’apporter quelques explications sur les éventuelles zones d’ombre par la lecture du PV. La falsification semble être ainsi devenue obligatoire pour la prévenue, car depuis la séparation, l’ex-mari ne communique plus.

800 euros avec sursis

Si les faits, reconnus, sont motivés par des difficultés relationnelles, le procureur Alexia Brianti estime qu’il y avait bien d’autres moyens pour parvenir à la cession du scooter.

Quant à l’excuse invoquée de ne pas perdre de temps en plein conflit familial, la représentante du parquet général trouve le procédé particulièrement désagréable.

Peut-être a-t-elle ignoré la gravité de la portée d’un tel acte? Les réquisitions seront ponctuées par une peine d’amende de 1.000 €.

Sans avocat pour accompagner la défense de ce dossier oscillant entre altération de la vérité et support falsifié, la prévenue a écopé d’une condamnation somme toute clémente par rapport à la demande du ministère public: 800 € d’amende avec sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct