“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Elle est violée sauvagement et abandonnée ensanglantée à Menton: des peines réduites en appel pour les agresseurs

Mis à jour le 24/09/2020 à 08:40 Publié le 23/09/2020 à 18:09
La cour d’assises d’appel a revu les peines à la baisse pour les deux accusés.

La cour d’assises d’appel a revu les peines à la baisse pour les deux accusés. Photo archives Sébastien Botella

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Elle est violée sauvagement et abandonnée ensanglantée à Menton: des peines réduites en appel pour les agresseurs

Une touriste irlandaise avait été sauvagement agressée à Menton par deux hommes en septembre 2016 alors qu’elle était en vacances chez sa sœur.

Une soirée trop arrosée s’était terminée dans la voiture des agresseurs dans une zone industrielle du Careï. Laurence (*), 36 ans, garde aujourd’hui des séquelles psychologiques et physiques irréversibles d’un insoutenable calvaire.

En première instance, en mai 2019, les deux accusés n’avaient cessé de se renvoyer la responsabilité des viols.

Cette fois, changement de comportement: chacun a reconnu ce qu’il avait commis. La victime, "aux blessures inhabituelles", indiquait pudiquement le légiste, avait assisté au premier procès, soutenue par son avocat Me Laurent Poumareyde.

Elle était absente du second qui s’est déroulé la semaine dernière à Aix-en-Provence;. La cour d’’assises d’appel des Bouches-du-Rhôe a revu les peines à la baisse pour les deux accusés.

Rafael Rodrigue Torres, 30 ans, (Me Gomes) avait été condamné à vingt-cinq ans de réclusion criminelle. Il est condamné cette fois vingt ans pour viol avec actes de torture et de barbarie.

Me Eric Scalabrin et Me Lionel Ferlaud assuraient la défense de Pedro Miguel Goncalves. Leur client a été condamné à douze ans au lieu de vingt-cinq ans pour viol, sans que les actes de barbarie ne soient retenus cette fois..

Les deux accusés étaient inconnus de la justice avant ces sordides agressions que l’un d’eux avait, en plus, filmées.. Comment ces hommes ordinaires, décrits comme "bons pères, bons maris, bons ouvriers", se sont-ils métamorphosés en violeurs sans pitié d’une femme rendue vulnérable par l’ivresse?

La question reste en suspens.. La victime avait été abandonnée, hagarde et ensanglantée, avant d’être découverte par la police. 


(*) le prénom a été modifié


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.