Rubriques




Se connecter à

Drame de Noël: le retraité jugé pour le meurtre de son voisin n'a "jamais eu l'intention de tuer"

Daniel Perrone, 71 ans, est jugé depuis ce jeudi matin par la cour d'assises de Nice pour le meurtre d'un voisin, Jean-Louis Sibué, 71 ans.

La rédaction Publié le 02/07/2015 à 11:25, mis à jour le 02/07/2015 à 11:32
Abattu Aspremont
C’est dans cette maison du quartier de l’Escairan à Aspremont qu’a eu lieu le drame. J.-F. O.

Daniel Perrone, 71 ans, est jugé depuis ce jeudi matin par la cour d'assises de Nice pour le meurtre d'un voisin, Jean-Louis Sibué, 71 ans.

Le drame remonte au 22 décembre 2013 dans une maison d'Aspremont, chez Micheline, une amie commune, en pleine installation des décorations de Noël.

>> RELIRE. Le retraité a-t-il vraiment tué son voisin pour des décorations de Noël?

 

Ivre, jaloux, amateur d'armes, Daniel Perrone a abattu d'un coup de revolver en pleine poitrine celui qu'il considérait comme un rival.

Initialement mis en examen pour assassinat, la justice avait requalifié les faits en homicide volontaire, abandonnant la préméditation.

Lui plaide l'accident. Mais dans les minutes qui ont suivi le drame, non seulement il n'a pas porté secours à la victime, mais il est allé boire un verre dans un bar, confiant à une amie: "J'ai tué le chien."

La cour est présidée par Thierry Fusina. Dans le box, Daniel Perrone apparaît comme un paisible retraité, cheveux blancs et teint pâle.

 

Il encourt, vendredi soir, à l'heure du verdict, une peine maximale de trente ans de réclusion criminelle. "Je n'ai jamais eu l'intention de tuer qui que ce soit", a-t-il déclaré en préambule.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.