Rubriques




Se connecter à

Dix mois avec sursis pour avoir escroqué son oncle fortuné à Monaco

Bernard est un neveu véreux ! Pour avoir détourné 105.700 € des comptes bancaires de son oncle, ce quinquagénaire s'est retrouvé devant le tribunal correctionnel. Il a été condamné à dix mois de prison avec sursis, assortis de la liberté d'épreuve et l'obligation de rembourser la victime.

J.-M. F. Publié le 21/02/2014 à 07:11, mis à jour le 21/02/2014 à 10:04
Palais de justice de Monaco
Archives Eric Dulière

Bernard est un neveu véreux ! Pour avoir détourné 105.700 € des comptes bancaires de son oncle, ce quinquagénaire s'est retrouvé devant le tribunal correctionnel. Il a été condamné à dix mois de prison avec sursis, assortis de la liberté d'épreuve et l'obligation de rembourser la victime.

La fibre familiale les unissait ; aujourd'hui, à la barre, tout les sépare ! D'un côté, un prévenu fatigué, pensionné et humilié. De l'autre, un Monégasque de 77 ans avec un honorable statut social, partie civile. Ils se fuient du regard… Le détail n'est pas anodin.

Le neveu a profité d'une erreur d'homonymie de sa banque pour escroquer, entre 2011 et 2013, une partie de la fortune du bon tonton… Jusqu'à la mise à découvert d'un compte !

 

« L'établissement, a raconté le président Cyril Bousseron, a alerté le client qui s'est étonné de constater cent neuf mouvements financiers d'importance, jamais effectués par lui-même, sur ses trois comptes placés dans trois agences différentes. À la suite d'une erreur matérielle, vous avez utilisé ce bordereau pour poursuivre les retraits en espèces. Aux guichets, pour pallier l'imitation de la signature, vous prétextiez avoir du mal à voir. À Nice, vous aviez déjà été condamné pour vol et contrefaçon… »

« Je ne sais pas ce qu'il m'a pris… »

Le prévenu, honteux, a évoqué des « problèmes de santé, son statut d'invalidité et des ennuis d'argent. J'étais perdu. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris… »

Le procureur Michaël Bonnet sera cinglant dans son réquisitoire. « Cette confusion de noms, c'était une aubaine pour avoir de l'argent facile. Au fil du temps, par le biais de la carte de dépannage, le montant des retraits augmentait et la fréquence s'intensifiait. La maladie était une bonne excuse. Pas question que les 105.700 € extorqués soient tout bénéfice : six mois de prison assortis du sursis, liberté d'épreuve et obligation de rembourser. »

Si la défense comprendra « la colère de l'oncle », Me Hervé Campana demandera de « ne pas tirer sur une ambulance. Mon client est complexé sur sa nationalité, par sa famille. Il est handicapé à 65 %. Sa situation financière est fragile. Avec l'argent, il a aidé aux études de sa fille, au commerce de son épouse. Il a eu tort de profiter d'une erreur. Soyez indulgent, il n'a plus un sou ! » Le tribunal est allé au-delà des réquisitions.

 

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.