“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Deux mois ferme après un record d’infractions en une nuit

Mis à jour le 02/08/2017 à 09:55 Publié le 02/08/2017 à 05:09

Deux mois ferme après un record d’infractions en une nuit

Un jeune Portugais de trente ans a comparu devant le tribunal correctionnel de Monaco pour cinq délits commis en une seule nuit. Le prévenu écope de deux mois ferme pour conduite en état d’ivresse, sans permis, ni assurance, ni certificat d’immatriculation et sous un nom d’emprunt.

Dans le domaine de l'exagération délictuelle, un Portugais de trente et un ans vient d'outrepasser la norme. Et peut-être même de battre un record du nombre d'infractions commises au cours d'une seule nuit. Triste performance pour ce conducteur - maçon de profession - cité devant le tribunal correctionnel de Monaco pour cinq délits, mais absent à l'audience !

Le 26 novembre dernier, l'individu zigzaguait à outrances à Fontvieille quand il a été contrôlé par les policiers, vers 1 heure du matin, au niveau de la place du Campanin. Surpris au volant de son véhicule, avec un taux d'alcoolémie de 0,76 mg par litre d'air expiré, il lui était impossible de présenter un certificat d'immatriculation, une attestation d'assurance et un permis de conduire.

À la Sûreté publique, le chauffard explique d'abord aux fonctionnaires sa longue attente en retour de la préfecture des documents relatifs à l'inscription minéralogique de sa voiture. Puis, il avoue ne pas avoir de papiers… Les inspecteurs, intrigués par autant de dénuement d'éléments sur l'identification, se mettront en relation avec les autorités lusitaniennes.

Le patronyme donné ne correspond avec aucun nom figurant dans leur fichier.

"À quelle personne a-t-on réellement affaire?"

Alors, qui est véritablement cet homme ? "En poussant leurs investigations, souligne le président Florestan Bellinzona, les enquêteurs découvrent que le prévenu apparaît sous quatre alias et des poussières paronymiques. Chacun a un quota bien fourni d'infractions sur son casier judiciaire : recels, conduite en état d'ivresse, absence de permis de conduire, vols, etc. À quelle personne a-t-on réellement affaire ? À un certain Vladimir, ou Ganito, ou bien Furtado, ou encore Mendes Garcia ?"

D'où cette anecdote racontée à l'audience par le magistrat : "Quand les policiers français se sont présentés au domicile niçois du prévenu pour lui notifier la citation, ils sont tombés sur une personne qui prétendait être son frère. À moins que cet aîné ou cadet ou mis en cause soit une seule et même personne ? En fait, on ne saura jamais qui a vraiment ouvert la porte aux gardiens de la paix…"

Pour le premier substitut Olivier Zamphiroff, il est décevant de constater pareille tromperie sur l'identité d'une personne. Il réclamera une sévérité exemplaire afin de mettre un terme à ce processus de maquillage de l'identification.

Deux mois ferme ! Auxquels s'ajoutent les peines de 300 euros d'amende pour l'absence de permis de conduire et la somme de 45 euros pour chacune des autres contraventions, soit les montants maximums.

Le tribunal suivra l'application de la loi demandée par le ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct