Rubriques




Se connecter à

Deux ans de prison pour le "collecteur" de bijoux

Tribunal correctionnel Un homme de la communauté des gens du voyage était chargé par un réseau criminel d’Europe de l’Est de recouvrer et d’acheminer les valeurs soutirées en Principauté.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 10/03/2022 à 20:10, mis à jour le 10/03/2022 à 22:34

La sentence du tribunal correctionnel est tombée. Un homme de 26 ans, chargé de récupérer argent et bijoux soustraits frauduleusement auprès de personnes âgées de Monaco entre 2019 et 2020, a été condamné à deux ans d’emprisonnement, dont neuf mois assortis du sursis (voir Monaco-Matin du vendredi 25 février 2022, ndlr).

Avec cinq mois d’incarcération déjà effectués (*), cet intérimaire, enrôlé par un réseau criminel d’Europe de l’Est pour ces basses besognes, devrait passer les dix prochains mois à la maison d’arrêt.

Condamné à indemniser les trois victimes à hauteur de 46.025 euros

Une peine mise toutefois au conditionnel, car le prévenu était absent à l’audience et son avocat n’a pas l’intention de faire appel de la décision. Reviendra-t-il en Principauté avec un ancrage familial principal en Pologne? Ultime astreinte, tout aussi incertaine au titre de l’application des sanctions judiciaires: le versement prévu de 46.025 euros aux parties civiles.

Ces trois victimes, au fort instinct de protection envers leurs parentés respectives, ont revécu les tourments des douleurs antérieures et encore perceptibles à la barre. Dotées d’une détermination obstinée et d’un réel courage, elles ont raconté entre colère et pleurs les raisons de remettre l’entièreté de leurs valeurs, sans réfléchir, pour aider une fille, une nièce (lire encadré ci-dessous). Oui, ces trois grands-mères se sont fait arnaquer par excès de bonté, convaincues par la voix féminine d’une certaine "Anita" imitant avec une qualité particulière le plus intime désespoir de proches aux abois financiers. Ces plaignantes ont entamé leur ultime combat offensif et défensif pour réclamer justice.

 

Un rôle secondaire?

Acculé à l’audience, le prévenu avait reconnu les faits. Mais il ne serait qu’un pion au rôle secondaire et passif. Il persévérait sur sa participation en affirmant au président Jérôme Fougeras Lavergnolle (**), certes incrédule, être un "modeste employé".

Face à la perversité du système et le mutisme observé pour protéger les autres membres du réseau, le substitut Emmanuelle Carniello apostrophait: "Honte! Choisir des personnes âgées, vulnérables! Parce qu’on touche aux sentiments et qu’elles sont enclines à ouvrir leur cœur et leur portefeuille. Jamais un mot de regret, d’excuses pour ces victimes. La caractérisation de l’escroquerie ne pose aucune difficulté. Deux ans d’emprisonnement, dont un assorti du sursis, afin de dissuader l’individu de recommencer".

La défense note les préjudices estimés avec des factures aux montants en francs. "Y aurait-il confusion avec des euros, raillait Me Gérard Baudoux? Mon client n’a pas de casier. Issu de la communauté des gens du voyage de l’Est, rien ne permet d’affirmer sa connaissance du mécanisme de l’escroquerie. Il est en première ligne comme coursier. Donc parfaitement identifiable! Il faudrait être idiot d’aller au Casino d’un pays où l’on est le plus surveillé au monde, en pointant dans une organisation criminelle. Peut-il être condamné du chef d’escroquerie? Il n’est autre que de la chair à prison." Pour dix mois encore.

(*)Incarcéré en août 2020 et libéré en décembre 2020 après cautionnement de 25.000 euros.

 

(**)Assesseurs: Françoise Dornier et Virginie Hoflack.

"Comment refuser à l’appel de détresse de ma nièce, a raconté Catherine (*)? Elle téléphone affolée des États-Unis pour l’aider à payer son personnel, car les banques ont fermé. J’ai remis les bijoux au coursier en bas de chez moi. Quand j’ai rappelé la petite, c’était l’incompréhension. J’ai porté plainte. Il y en avait pour 30.000€…"

Puis c’est Antoinette. "La carte bancaire de ma fille était bloquée. Elle devait rembourser une forte somme dans la journée, au risque de graves ennuis. Un homme arrivait dans les cinq minutes..." Préjudice estimé entre 300.000€ et 400.000€.

Enfin Lucette. "Mon enfant avait un problème grave aux cordes vocales. Elle devait subir une intervention chirurgicale en urgence d’un coût de 9.000€. Je n’avais pas cet argent disponible. Alors, j’ai donné quelques billets et des bijoux à un avocat. Soit plus de 15.000€. Cet avocat est bien à la barre…" Mes Raphaëlle Svara et Maeva Zampori, ont décrit "des victimes fragilisées et tétanisées. Octogénaires, elles tremblent de peur à chaque sonnerie du téléphone et n’ont plus confiance… Le prévenu se moque du tribunal en affirmant qu’il n’imaginait pas faire autant de mal. Les sommes réclamées, respectivement 30.000€ et 370.000€, ne répareront pas les douleurs provoquées."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.