“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Détenu au Japon, le PDG de Renault Carlos Ghosn réclame une comparution publique

Mis à jour le 04/01/2019 à 09:12 Publié le 04/01/2019 à 08:11
Carlos Ghosn.

Carlos Ghosn. Photo AFP

Détenu au Japon, le PDG de Renault Carlos Ghosn réclame une comparution publique

Les avocats du PDG de Renault Carlos Ghosn ont déposé vendredi 4 janvier une demande spéciale pour une comparution de leur client, afin d'obliger le procureur à clarifier publiquement le motif de sa détention prolongée, a-t-on appris auprès du tribunal.

M. Ghosn souhaite que soit mis en application l'article 34 de la Constitution japonaise qui précise que, "sur demande, (une personne retenue) peut exiger que la raison précise de sa détention soit rendue publique au tribunal".

La justice ne peut refuser cette demande qui lui permettrait de comparaître en personne avec son avocat.La séance a été fixée au mardi 8 janvier à 10H30 locale (01H30 GMT), a précisé le tribunal.

Carlos Ghosn, arrêté le 19 novembre et détenu depuis, est contraint au silence et ses avocats, qui ne peuvent pas assister aux interrogatoires et n'ont pas accès aux pièces du dossier, ne s'expriment pour ainsi dire pas.

Ce nouveau rebondissement intervient alors que le tribunal de Tokyo a décidé lundi dernier de prolonger de nouveau de 10 jours, jusqu'au 11 janvier, la garde à vue du PDG de Renault dans le cadre d'un troisième mandat d'arrêt, sur des soupçons d'abus de confiance.

Parallèlement, M. Ghosn est aussi en détention provisoire suite à une première inculpation sur des soupçons de minoration illégale de ses revenus dans des rapports annuels de Nissan remis aux autorités boursières.

>> LIRE AUSSI. Japon: le tribunal autorise la libération sous caution du bras droit de Carlos Ghosn

à partir de 1 €


La suite du direct