“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des gérants de salons de massages asiatiques poursuivis pour proxénétisme hotelier

Mis à jour le 05/03/2018 à 21:26 Publié le 05/03/2018 à 11:38
La justice devrait se plonger toute la semaine dans l'univers sordide de la prostitution.

La justice devrait se plonger toute la semaine dans l'univers sordide de la prostitution. Photo G. L.

Des gérants de salons de massages asiatiques poursuivis pour proxénétisme hotelier

Huit instituts niçois proposaient des massages qui allaient bien au-delà de la simple relaxation. Leurs représentants comparaissent aujourd'hui à la barre du tribunal correctionnel de Nice.

Des "ambiances romantiques", des massages avec "mains glissant des pieds à la tête": débute ce lundi matin à Nice, devant le tribunal correctionnel, le procès de gérants de salons de massages asiatiques installés dans la capitale azuréenne en 2013. Ils sont poursuivis pour proxénétisme hôtelier.

Ces huit instituts répondant, entre autres, aux noms de "Pearl Azur", "Institut Tokyo", "Lotus paradise" proposaient des massages qui allaient bien au-delà de la simple relaxation. Les publicités sur les sites internet évoquaient notamment un "massage tantrique naturiste magie réciproque".

Sur les huit prévenus au total, six sont des femmes d’origine chinoise. Un Français de 79 ans comparaît également pour "tolérance habituelle de la prostitution dans un lieu ouvert au public".

850 euros par mois
pour les masseuses...

Derrière les doux noms de ces lieux, le tribunal correctionnel de Nice va plonger toute la semaine dans l’univers sordide de la prostitution. Souvent en situation illégale, les filles d’une vingtaine d’années ou plus devaient proposer des actes sexuels à leurs clients en échange de pourboires. Bien souvent, elles dormaient la nuit à même les tables de massage. Les filles étaient rémunérées 850 euros par mois.

... Et 100.000 euros
pour les gérants

Certaines comptabilités, retrouvées par les enquêteurs, évoquent des gains de 100.000 euros annuels pour les gérants. Des montants contestés par les prévenues. De très grosses sommes en liquide ont été retrouvées lors des perquisitions.

Le procès, présidé par Anne Vincent, se tiendra jusqu’à vendredi.

à partir de 1 €


La suite du direct