“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Des cyber-escrocs aux SMS

Mis à jour le 26/02/2016 à 05:13 Publié le 26/02/2016 à 05:13
Les escrocs opéraient depuis l'appartement aux volets fermés, au premier étage du 5 avenue de la Californie à Nice.

Les escrocs opéraient depuis l'appartement aux volets fermés, au premier étage du 5 avenue de la Californie à Nice. G. L.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Des cyber-escrocs aux SMS

Quatre hommes ont été mis en examen hier à Nice pour escroquerie en bande organisée et incarcérés. Près de 50 000 victimes sont tombées dans le piège de leurs « textos » surfacturés

Vous avez reçu un colis qui n'a pu être livré, merci de rappeler au 08.06.XX.XX.XX. ». Ou encore : « Votre abonnement de 58 e a bien été pris en compte, merci de rappeler notre service clientèle au 08.13.XX.XX.XX. » Si vous avez un téléphone portable, ce type de message vous parle forcément. Un conseil : n'y répondez jamais. Au bout du fil, une conseillère, prétendant vous renseigner, vous fait gentiment lanterner pendant que le compteur défile. Au final... rien. Mais votre compte, lui, est bien débité de quelques euros.

10 millions de SMS en deux jours

Le groupe « Cybercrime » de la PJ de Nice, au terme d'une enquête colossale d'un an et demi, vient de faire tomber un important réseau. Quatre hommes, dont au moins un Albanais, opéraient depuis un appartement anodin d'un vieil immeuble niçois, au 5 avenue de la Californie. Interpellés avant-hier (lire nos éditions de mercredi), ils ont été mis en examen hier soir pour escroquerie en bande organisée par le parquet de Nice, et écroués.

« Leur base de données comptait près de 11 millions de numéros», commente une source proche de l'enquête.

Les filous étaient capables, via des dizaines d'ordinateurs et de modems connectés en réseau, d'envoyer 5 à 10... millions de SMS par week-end !

L'affaire aurait fait 50 000 victimes, des particuliers et des entreprises. Toutes escroquées de quelques dizaines d'euros. Mais le chef du réseau, un Albanais, réalisait, lui, 600 000 e de bénéfices !

Un supermarché de l'informatique

Dans l'appart, les enquêteurs sont tombés sur un véritable supermarché de l'informatique : 60 modems, 12 portables, sept unités centrales, des appareils valant pour certains 15 000 e pièce, des câbles dans tous les sens et dans toutes les pièces.

Écoutes téléphoniques, filatures et cyber-renseignement : le remarquable travail de fourmi du groupe « Cybercrime », appuyé par le soutien sans faille de la Division économique et financière de la PJ niçoise, a permis de pister les moindres allées et venues du réseau pendant 18 mois. Le coup de filet a été opéré simultanément mardi à Nice, mais aussi à Paris.

Dans la capitale, un homme chargé des opérations financières a été serré par l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication.

Des dizaines de milliers d'euros ont été saisis sur divers comptes en banque appartenant à deux sociétés, une en France, l'autre en Angleterre.

Les enquêteurs sont arrivés à temps. Le chef du réseau envisageait de se « professionnaliser » grâce à un logiciel qui lui aurait permis d'envoyer 10 à 12 millions de SMS par jour...

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.