“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Déception amoureuse et ivresse conduisent à outrager un policier

Mis à jour le 29/02/2016 à 05:02 Publié le 29/02/2016 à 05:02
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Déception amoureuse et ivresse conduisent à outrager un policier

Si les automobilistes, surpris en état d'ivresse, sont souvent pointés du doigt pour leur mauvaise humeur, des passants saouls atteignent aussi des sommets d'énervement parfois ridicules voire même un peu inquiétants.

Si les automobilistes, surpris en état d'ivresse, sont souvent pointés du doigt pour leur mauvaise humeur, des passants saouls atteignent aussi des sommets d'énervement parfois ridicules voire même un peu inquiétants. Témoin, ce Monégasque en état d'ébriété sur la place du Casino. Il a déversé une litanie de grossièretés étonnantes envers un policier venu à son secours. D'où sa comparution devant le tribunal correctionnel et sa condamnation à dix jours d'emprisonnement avec sursis, plus 75 euros d'amende complété par le versement de 500 euros demandé par la partie civile.

Vers 21 heures, ce 5 août 2015, les services de secours interviennent dans les jardins des Boulingrins pour un malaise. C'est un quadragénaire saoul. Conduit au CHPG, il n'arrêtera pas de proférer insultes et injures contre un gradé de la Sûreté publique qui l'accompagne dans l'ambulance. A l'inquiétude du président Jérôme Fougeras Lavergnolle sur son comportement, le prévenu avoue des problèmes relationnels amoureux et une fragilité psychologique.

« J'ai été interné une semaine à l'hôpital, précise-t-il, et j'ai perdu 10 kg. Mais je n'ai ni contentieux ni rancœur contre la police. J'ai certainement eu des propos virulents à cause de la boisson : deux whiskies et deux bières. J'ai perdu pied ! Je m'excuse... »

Une histoire émouvante pour l'avocat de la partie civile. Mais peu importe la déception amoureuse et les regrets formulés à la barre... Pour Me Hervé Campana, « cela ne peut pas effacer le préjudice moral de l'agent qui venait au secours de cet homme. L'uniforme a été souillé... »

Le président indiquera en finalité que le casier français du prévenu comporte une citation pour outrages. « Le désarroi moral ne peut pas justifier de telles injures », conclura le procureur général Jacques Dorémieux. Et de réclamer l'application d'une peine d'emprisonnement « d'un mois assortie du sursis pour servir d'avertissement plus 100 e pour la contravention. »

Le tribunal atténuera dans une large mesure les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.