Rubriques




Se connecter à

"Dans les audiences on voit de plus en plus de cas qui sont à la limite de la psychiatrie"

Activité judiciaire, profil des prévenus, crise sanitaire... À Monaco, le Secrétaire d’État à la justice Robert Gelli fait le bilan de ses dix-huit mois de poste. Il a fait bouger les lignes d’une justice monégasque qui restait sur ses acquis.

Julie Baudin Publié le 31/03/2021 à 20:14, mis à jour le 31/03/2021 à 20:14
Robert Gelli est arrivé en poste en octobre 2019. Photo Jean-François Ottonello

Comment vos services traversent-ils la crise sanitaire?
Malgré toutes les restrictions, l’activité continue et c’est une bonne chose pour le justiciable. En interne, nous n’avons eu aucun cas positif, ce qui me permet de penser que toutes les mesures que nous avons prises ont été efficaces.

 

Les audiences ont-elles été maintenues?
Oui, mais uniquement avec le public concerné par l’affaire jugée. La presse était également présente, j’y tenais pour garantir la publicité des débats. En ce qui concerne les audiences civiles, on a demandé à développer le plus possible le dépôt de dossiers pour limiter les plaidoiries. Et globalement ça a bien fonctionné. C’est important pour ne pas pénaliser le justiciable.

Le profil des prévenus a-t-il changé? Avez-vous remarqué des individus psychologiquement plus fragiles?
J’ai du mal à analyser l’impact de la crise sur la délinquance. Je pense que nous n’avons pas assez de recul et pas suffisamment de cas, a fortiori à Monaco. Il faut être prudent. Ce qui est clair et évident, et cela n’est pas un phénomène lié à la pandémie, c’est qu’on a de plus en plus de cas qui sont à la limite de la psychiatrie. Ce phénomène grandit depuis des années. On a des attitudes violentes, de l’irritabilité excessive, de l’agressivité, des excités. On retrouve cela d’une manière générale dans l’évolution de la société. Et on le retrouve donc forcément dans les personnes qui viennent à la barre. Il y a clairement un niveau de tolérance qui baisse. ça dépasse très largement et Monaco et le Covid.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.