“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Cinq mois ferme pour les voleurs de « Gold Time »

Mis à jour le 26/01/2016 à 05:05 Publié le 26/01/2016 à 05:04
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Cinq mois ferme pour les voleurs de « Gold Time »

Une rue de la Turbie discrète et calme.

Une rue de la Turbie discrète et calme. Un couple de Roumains a profité de cette configuration idéale, mardi dernier vers 16 h 30, pour dérober quelque 10 000 € de montres et de bijoux dans le magasin « Gold Time ». Mais les deux voleurs, une femme et son compagnon, se sont fait rapidement intercepter par les policiers qui avaient bouclé les entrées et sorties de la Principauté. Jugés en flagrant délit devant le tribunal correctionnel, ils ont été condamnés conjointement à cinq mois de prison ferme.

Toutes les pièces ont été restituées au propriétaire de l'enseigne. Mais sans l'intuition et la perspicacité des enquêteurs de la Sûreté publique, Ioan et Anisoara seraient déjà en Roumanie en train d'écouler la marchandise. Car ce couple de Bucarest vivant en Allemagne avait dissimulé le butin dans la gaine du levier de vitesse. Difficile à deviner…

« Il a oublié de payer »

Leur manège était bien rodé. Arrivés à bord d'un véhicule immatriculé en Grande-Bretagne, ils stationnent non loin de la rue de La Turbie. Quand ils entrent dans la boutique, ils créent un peu de confusion. Aucun bijou présenté ne les intéresse. Ils repartent… La vendeuse remarque alors la disparition d'une montre Rolex et poursuit les deux aigrefins.

La police est alertée et un signalement sommaire diffusé. La vidéosurveillance permet de quantifier le nombre et la valeur des bijoux subtilisés. Dans les trois minutes qui ont suivi le vol, le couple est arrêté et conduit dans les locaux de la Sûreté publique. Ils jurent qu'ils n'ont rien volé. « Ce sont peut-être d'autres personnes, supposent-ils, qui étaient dans la bijouterie ! »

« Confronté à l'évidence, note le président Florestan Bellinzona, l'homme reconnaît que sa compagne a volé les deux montres. En fait, cette dame avoue les avoir prises, mais elle voulait retourner pour les payer… »

« On n'est pas venu pour voler, raconte la prévenue, traduite par une interprète. On arrivait de Marseille pour aller en Italie. On s'est arrêtés pour manger. On voulait aussi s'acheter un collier car on avait 3 000 €. J'ai pris les montres et j'ai donné l'argent à mon compagnon. Mais comme il perd la mémoire à la suite d'un coup reçu sur la tête, il a oublié de payer… »

Le président n'est pas dupe. Ni le procureur Cyrielle Colle. « Ces gens racontent des fables. L'argent qu'ils possédaient n'était qu'un stratagème. Ils se sont même changés pour éviter tout rapprochement. Ils ne sont pas retournés pour payer, mais pour trouver une autre sortie quand ils ont vu la police à l'échangeur de Saint-Roman ! C'est une conversation qui a convaincu les enquêteurs que les bijoux étaient cachés dans le véhicule. Une heure avant la fin de la garde à vue, le butin était découvert ! Condamnez-les à cinq mois de prison ferme. »

Pour sa première plaidoirie, la jeune avocate Raphaëlle Svara n'avait pas la partie facile. « La peine est trop sévère ! Ces jeunes gens comparaissent pour la première fois. Ils ont cinq enfants… Ils ne pourront plus les voir ni travailler. Optez pour une peine plus clémente… » Le tribunal suivra le ministère public.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.