“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Cinq jours de prison ferme après une rixe au "Before" à Monaco

Mis à jour le 18/02/2015 à 08:20 Publié le 18/02/2015 à 08:02
Palais de Justice de Monaco 3
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Cinq jours de prison ferme après une rixe au "Before" à Monaco

Un Beausoleillois a été condamné a cinq jours de prison ferme et à une amende de 1.000 euros pour avoir déclenché une rixe au "Before", sur le port Hercule, par rivalité amoureuse et consommation d'alcool.

Un Beausoleillois a été condamné a cinq jours de prison ferme et à une amende de 1.000 euros pour avoir déclenché une rixe au "Before", sur le port Hercule, par rivalité amoureuse et consommation d'alcool.

Rivalité amoureuse et consommation d'alcool sont à l'origine de l'altercation entre Frédéric, un Beausoleillois de 36 ans, et son «concurrent». Ce violent coup de poing a entraîné des jours d'incapacité de travail (ITT) pour la victime et la comparution du prévenu devant le tribunal correctionnel.

Lequel n'a pas fait dans les sentiments en prononçant une peine de cinq jours de prison ferme et 1.000 € d'amende. L'avocat du prévenu a décidé d'interjeter appel.

Les faits se sont déroulés dans la soirée du 22 août 2014, au Before, sur le port Hercule. Vers 2 heures du matin, la chaleur et l'alcool ont réveillé une vieille jalousie chez ce responsable commercial, à la vue d'une « ex » et de son ami. Frédéric s'approche derrière celui qu'il prend pour son rival, le retourne, lui retire la cigarette de la bouche et lui assène un coup de poing au visage.

Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle demande à la victime sa version des faits. «Cet homme m'a apostrophé en me demandant si j'avais un problème et en faisant référence à une situation antérieure de trois ans. Sans que j'aie eu le temps de réagir, il m'a mis une droite.»

Des témoignages confirment cette violence et le président contraint le prévenu de s'expliquer.

«J'avais bu, raconte-t-il. Ça faisait trois ans que ce personnage me promettait de prendre sa revanche. La rancœur couvait. On s'est calculé et les choses ont dérapé… Puis la police est intervenue ! Je n'ai ni retiré sa cigarette ni eu l'intention de lui faire mal. Il n'a pas eu le temps de me frapper. Je n'en suis pas fier… Je regrette et je m'excuse.»

« Bagarre intolérable »

Le procureur Cyrielle Colle trouve de tels faits «particulièrement désagréables et la clientèle de Monaco vit mal cette bagarre intolérable. Au CHPG, les médecins ont diagnostiqué un œdème avec des douleurs aux cervicales pour la victime… Une première peine amnistiée permet au prévenu de bénéficier aujourd'hui du sursis à hauteur de deux mois et 1.000 € d'amende».

Me Alexis Marquet, pour la défense, trouvera le réquisitoire trop dur! «Mon client est honteux, contrit, penaud. Il n'est pas violent ! C'est même l'inverse ! Il est dans une période d'apaisement. La peine demandée est disproportionnée! Peut-être a-t-il été provoqué?»

Pourtant, le tribunal alourdira les réquisitions du ministère public.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.