Rubriques




Se connecter à

"C'est une coutume dans mon pays": le voleur de la Fnac de Monaco condamné

Appréhendé par l’agent de surveillance, un ressortissant biélorusse avait tenté de dérober un téléphone portable et des écouteurs pour sa fillette. Il était soupçonné de récidive...

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 08/09/2021 à 09:58, mis à jour le 08/09/2021 à 10:05
L’homme avait dissimulé son larcin dans sa ceinture. (Illustration J.-F. Ottonello)

Soupçonné de vol à la Fnac le 21 août dernier, un ressortissant biélorusse s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Monaco. Cet ouvrier polyvalent dans le bâtiment a comparu menotté à l’audience de flagrance.

Le vigile avait vite repéré le manège de ce client nuisible et pas véritablement malicieux en fin d’après-midi. Un brin physionomiste, l’agent avait encore le souvenir d’une silhouette identique venue quelques jours auparavant s’adonner à des mêmes faits de rapine.

Alors, il le suivait aussitôt et apercevait l’individu dans le rayon téléphonie en train de manipuler un emballage. Le suspect était attendu à la sortie du magasin, afin de le coincer au passage du portique de sécurité.

"C’est une coutume (...) dans mon pays"

Interpellé, il cachait sous son tee-shirt, au niveau de la ceinture, un téléphone portable et des écouteurs d’une valeur marchande de 320 euros. Les policiers intervenaient. Le matériel était restitué et le personnage était placé en garde à vue.

 

Dans le box, le prévenu oscille entre contradictions et moqueries quand il s’agit de répondre aux interrogations du président Jérôme Fougeras Lavergnolle.

"Vous affirmez que vous n’aviez pas l’intention de voler, reprend le magistrat. Pourtant, vous n’aviez aucun argent sur vous pour acquérir normalement les objets. Et pourquoi les avoir dissimulés si vous n’aviez aucune arrière-pensée de les soustraire?"

La réponse apparaît fantasque, surtout quand les traditions locales de Biélorussie s’en mêlent. Jusqu’à faire sourire le président. "C’est une coutume de transporter les objets de cette façon dans mon pays! J’avais rendez-vous avec un ami qui devait me donner de l’argent pour régler l’achat de ces appareils. C’était pour offrir à ma fille mineure restée au pays…"

 

Le magistrat rebondit sur l’éventuelle présence du détenu le 16 août, toujours pour un vol dans l’enseigne de la galerie commerciale du Métropole. "Ce n’est pas possible, avance le Biélorusse de 36 ans. Je travaillais au noir sur un chantier du département jusqu’à 18 heures. Je ne pouvais être en même temps à Monaco." Il est alors projeté une vidéo où l’on voit un homme méconnaissable, le visage camouflé par une visière, des lunettes et un masque sanitaire, commettre le même délit.

"Comment contester avec 77 centimes en poche?"

à la lecture de ses casiers judiciaires, le prévenu a un sérieux palmarès: cinq condamnations à Nice et à Grasse, majoritairement pour des faits de vols, et deux à Monaco, toujours pour vols à la Fnac et à la pharmacie Ferry. À l’heure des réquisitions, le premier substitut Cyrielle Colle est formelle: ce personnage ment au tribunal. "Comment contester les faits du vendredi avec 77 centimes en poche? Monsieur était bien venu en Principauté pour voler. Il ôte le téléphone et les écouteurs en laissant l’emballage dans un autre rayon. Puis il dissimule le tout au niveau de la ceinture de son pantalon recouvert d’un large tee-shirt! Et il voulait payer? Arrivé à hauteur du portique, il opère un demi-tour parce qu’il est malvoyant? Cinq mois ferme."

Le tribunal prononcera bien la relaxe au bénéfice du doute pour le vol du lundi 16 août. Mais les juges quantifieront la peine à trois mois ferme pour le vendredi 20. Sans oublier l’aggravation de la décision à un mois supplémentaire pour les faits commis le 1er décembre 2020 et sanctionnés à l’époque par un mois assorti du sursis.

En défense, Me Erika Bernardi avait clairement affiché une demande de relaxe. "Le 16 août, malgré la vidéo ce n’est pas clair. Pour l’autre infraction reprochée, quatre jours plus tard, mon client n’était pas encore sorti du magasin. Il a d’ailleurs toujours nié le vol et tenez compte de ses troubles importants de la vue. Il n’a montré aucune agressivité au moment de son interpellation et le matériel a été remis spontanément. La relaxe s’impose pour absence d’intention!"

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.