Rubriques




Se connecter à

"C'est un miraculé!": il s’enivre afin d’échapper à son mal-être et chute lourdement en scooter

Un jeune homme de 19 ans boit jusqu'à l'ivresse pour échapper à "la situation relationnelle difficile avec sa parentèle proche" et chute lourdement en scooter à Monaco. Des faits similaires lui sont reprochés en France.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 05/03/2019 à 12:00, mis à jour le 05/03/2019 à 08:26
Photo archives Patrick Clémente

Des pleurs. Des sanglots. Un jeune Castellarois n’arrive pas à refréner sa douleur intérieure devant le tribunal correctionnel. Il s’en veut d’avoir cédé à l’ivresse, mardi dernier, pour colmater cette déchirure avec le foyer familial. Alors, comme souvent, il boit sans modération! C’est la raison pour laquelle il a comparu menotté vendredi à l’audience de flagrance.

Avec une alcoolémie de 0,90 mg/l, il a fini par chuter avec son scooter, à 22h36 sous le tunnel du boulevard du Larvotto, à hauteur du "Sardanapale". Il est sérieusement blessé à l’épaule. Une attelle confirme des lésions consécutives au choc.

"Une biture au Careï"

Au cours de l’instruction, le président Florestan Bellinzona essaie de ranimer, sans pincettes, les ultimes fibres ténues d’émotion de ce célibataire sans emploi.

"Vous étiez pâle, en sueur, somnolant, abattu, les yeux voilés, des propos incohérents. Qu’est-ce qui vous prend de vous mettre dans pareil état? Quand on a mesuré votre taux d’alcool, c’était une heure après l’accident. Il devait être certainement supérieur au gramme au moment des faits. Pourquoi prenez-vous votre cyclomoteur pour faire le trajet Menton-Monaco?"

 

Le prévenu laisse juste filtrer "une biture au Careï avec deux litres de bière". Puis il se tait à nouveau, ne sachant plus comment réagir.

"Ce n’est pas la première fois, note le magistrat. Vous êtes renvoyé devant ce tribunal pour la même infraction dans deux semaines. Il y a également des faits en France… Quand on voit l’état du deux-roues, vous avez beaucoup de chance d’être dans ce box. Réagissez: vous dormez dans la journée et vous vous réveillez vers 16 heures seulement pour picoler! Le seul souci de boire! Est-ce une manière efficace de chercher du travail?"

Pour débuter ses réquisitions, le premier substitut Cyrielle Colle fait allusion à la divine providence. "C’est un miraculé ! Mais que faut-il de plus, après incarcération et garde à vue, afin de faire passer le message? Ce jeune homme est un danger, pour lui et pour les autres. Je suis défavorable à une peine d’avertissement. Il faut une incarcération courte afin que ce jeune homme comprenne. Il a déjà fait deux jours de détention. Prononcez huit jours!"

Conflit avec le conjoint de sa mère

On apprend, avec la plaidoirie de Me Sophie-Charlotte Marquet, les vraies raisons sur le frein mental du langage de son client. Aucun trouble aphasique. Un mutisme plutôt provoqué par "la situation relationnelle difficile avec sa parentèle proche. Cet homme a quitté le foyer familial parce qu’il ne s’entend pas avec le nouveau conjoint de sa mère. Alors, il vit tout seul. Cela n’excuse pas son comportement. Mais explique qu’à 19 ans il est perdu. Alors, il consomme de l’alcool. Envisagez l’avertissement! Limitez la peine de prison! Il n’est ni violent, agressif ou arrogant. C’est une personne docile. Il devrait entreprendre des soins afin de sortir de cette situation de la déraison."

Le tribunal cédera aux suppliques de l’avocate en prononçant une peine particulièrement clémente: quinze jours avec sursis et 45 € d’amende.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.