“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ce que l'on sait au lendemain des nouveaux coups de feu aux Moulins à Nice

Mis à jour le 07/08/2020 à 08:03 Publié le 07/08/2020 à 07:50
Vue sur le quartier des Moulins à Nice

Vue sur le quartier des Moulins à Nice Photo Frantz Bouton

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ce que l'on sait au lendemain des nouveaux coups de feu aux Moulins à Nice

Un jeune homme de 21 ans a été touché de deux balles, vers 15h30. Jeudi soir, l’enquête menée par la police judiciaire a conduit à l’interpellation, par le Raid, d’un suspect du même âge.

Coups de feu en milieu d'après-midi

La place des Amaryllis est bouclée par des rubalises sur sa partie ouest. Des hommes et des femmes de la police scientifique inspectent chaque centimètre carré de bitume, de pelouse.

Au sol, un chevalet portant le numéro "1" a été posé à côté d’un gant abandonné. Celui du tireur? Une heure et demie plus tôt, vers 15h30, des tirs ont éclaté devant le porche qui jouxte le taxi phone et le tabac presse.

Selon des témoins, un individu a été vu courant vers l’avenue Martin-Luther-King. La victime, un homme de 21 ans, a trouvé refuge au 20 avenue de la Méditerranée. C’est là, très grièvement touché, qu’il a été médicalisé par les sapeurs-pompiers.

Pronostic vital engagé

Selon Parvine Derivery, adjointe au procureur de la République de Nice, le jeune homme est d’origine tchétchène. Il a été transporté, en urgence absolue, vers les urgences de l’hôpital Pasteur 2. Son pronostic vital était ce jeudi soir engagé.

À ce stade de l’enquête, il semble avoir été atteint par deux balles, précise le parquet. La police judiciaire a été saisie de l’enquête, pour "tentative d’homicide volontaire".

Les coups de feu ont été tirés sur la place des Amaryllis, rapidement bouclée en partie par les forces de l’ordre. À terre, un chevalet marquant l’emplacement d’un gant.
Les coups de feu ont été tirés sur la place des Amaryllis, rapidement bouclée en partie par les forces de l’ordre. À terre, un chevalet marquant l’emplacement d’un gant. Photo Grégory Leclerc

Quatre fusillades depuis juin

Depuis la mi-juin, il s’agit de la quatrième fusillade dans ce quartier, situé en zone de sécurité prioritaire.

La dernière remonte au 20 juillet. Le 25 juillet, le Premier ministre, Jean Castex, s’était rendu aux Moulins aux côtés de Gérald Darmanin et d’Eric Dupond-Moretti, ministres de l’Intérieur et de la Justice. Il avait annoncé un renfort de soixante policiers nationaux dans les Alpes-Maritimes.

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, a réagi, ce jeudi, à ce nouveau drame, dénonçant de "grands discours ministériels" et des "déplacements coup de menton."

Aux Moulins, les habitants, inquiets pour la plupart, assistent impuissants, dans ce quartier livré au trafic de drogue, à ces règlements de compte.

La police scientifique ratissait hier les abords de la zone de tirs.
La police scientifique ratissait hier les abords de la zone de tirs. Photo Grégory Leclerc

Sur place, des habitants exaspérés

Un attroupement s’était formé ce jeudi soir, place des Amaryllis, aux abords de la scène de tir. "Vous savez pourquoi on en est là?", nous apostrophe un jeune de 31 ans. "Parce qu’il n’y a pas de boulot! Si l’État aidait tous ces jeunes à se former et à travailler, ils ne seraient pas attirés par la drogue."

Et de continuer: "Ils seraient nombreux ici à préférer un Smic qu’à 2.000 balles gagnés avec les stups. Vous savez, on dort mieux avec un Smic. Vivre avec la peur de voir la police débarquer chez vous, c’est pas une vie."

Autour de lui, des jeunes s’amassent, la conversation s’anime. "Dites à Estrosi que les associations ne font pas assez pour les gamins. On en connaît même qui prennent le pognon des subventions, mais ne font presque rien!"

Un suspect en garde à vue

Ce jeudi soir, l’enquête menée par la police judiciaire de Nice a semblé avancer à grands pas. Le Raid a mené une opération dans un des bâtiments de la cité. Un homme a été interpellé sans résistance. Âgé de 21 ans, il est suspecté d’être l’auteur des tirs.

L’information de Nice-Matin a été confirmée par le parquet de Nice. Le suspect a été placé en garde à vue.

Pour l’heure, selon nos sources, rien ne semble relier cette affaire aux précédentes fusillades de juin et juillet.

Illustration
Illustration Photo Grégory Leclerc

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.