“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Braquage de bijouterie : Pink Panthers ou pas ?

Mis à jour le 12/01/2016 à 05:12 Publié le 12/01/2016 à 05:11
Hier, au premier jour de son procès devant le tribunal criminel de Monaco, l'accusé a présenté ses excuses aux victimes.

Hier, au premier jour de son procès devant le tribunal criminel de Monaco, l'accusé a présenté ses excuses aux victimes. Jean-François Ottonello

Braquage de bijouterie : Pink Panthers ou pas ?

Le procès de Nikola Ivanovic, l'un des braqueurs de la bijouterie Ciribelli en 2007, se poursuit aujourd'hui autour de sa personnalité. Il est soupçonné de faire partie de l'organisation criminelle

C'est un grand costaud, l'air un peu abattu, nerveux, qui s'est présenté hier devant le tribunal criminel de Monaco, l'équivalent de la cour d'assises française. Nikola Ivanovic, Monténégrin né en 1973, est jugé jusqu'à ce soir pour le vol à main armée de la bijouterie Ciribelli, le 21 juin 2007 à Monte-Carlo (lire ci-dessous). Avec un complice, Zoran Kostic, lui aussi Monténégrin - absent à l'audience car purgeant une peine en France pour d'autres faits commis dans l'Hexagone - ils avaient fait main basse sur 33 montres de luxe. Montant évalué du butin : 453 456 euros.

Arrêtés à Paris en 2009, les deux hommes, qui ont reconnu le braquage, sont soupçonnés de faire partie des Pink Panthers, organisation criminelle des Balkans spécialisée dans le braquage ultrarapide de bijouteries à travers le monde.

Vendues à Milan

« Vous nous dites que nous avons affaire à des professionnels, mais ça ne l'est pas vraiment de laisser ses empreintes partout comme ça sur les lieux du braquage ? Soit ce sont des pieds nickelés, soit ils se sentent supérieurs… », s'interroge la présidente du tribunal, Virginie Zand, face au...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct