“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Bijouterie braquée à Monaco: la victime toujours traumatisée

Mis à jour le 10/06/2014 à 19:40 Publié le 10/06/2014 à 19:27
L’enquête de la bijouterie monégasque, menée par la brigade de répression du banditisme de la PJ de Nice, avait conduit à l’incarcération de quatre Lituaniens.

L’enquête de la bijouterie monégasque, menée par la brigade de répression du banditisme de la PJ de Nice, avait conduit à l’incarcération de quatre Lituaniens. Archives Cyril Dodergny

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Bijouterie braquée à Monaco: la victime toujours traumatisée

Maria, 45 ans, unique vendeuse de "Passé Actuel", une bijouterie monégasque du boulevard des Moulins, s'est retrouvée avec un pistolet posé sur son cou le matin du 18 septembre 2012.

Maria, 45 ans, unique vendeuse de "Passé Actuel", une bijouterie monégasque du boulevard des Moulins, s'est retrouvée avec un pistolet posé sur son cou le matin du 18 septembre 2012.

Quatre Lituaniens sont jugés depuis mardi à Nice pour vol à main armée en bande organisé.

"Je venais de sortir les montres du coffre pour les installer dans les vitrines, raconte la victime. Un homme en costume a sonné pour entrer. J'ai ouvert avec un bip. Un petit jeune est entré avec lui."

Le plus jeune lui a ligoté les mains et les pieds avant de lui donner un coup pour qu'elle reste au sol. Trois mois plus tard, la bijouterie a été vendue. Maria est aujourd'hui sans emploi mais avec un terrible traumatisme.

"Vous avez toujours peur ?", questionne la présidente de la cour d'assises?

"Oui", répond en sanglots Maria, qui ne s'est toujours pas constituée partie civile.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.