“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Beausoleil: la plainte pour viol contre Stéphane Manfredi classée sans suite

Mis à jour le 06/03/2020 à 21:52 Publié le 06/03/2020 à 21:51
Stéphane Manfredi.

Stéphane Manfredi. J-F.-O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Beausoleil: la plainte pour viol contre Stéphane Manfredi classée sans suite

Le procureur de la République de Nice a classé, le 4 mars, la plainte pour viol déposée à l'encontre du candidat aux municipales à Beausoleil.

Dix jours avant le premier tour des municipales, le classement de la plainte de Maxime Gaillard contre Stéphane Manfredi, candidat aux élections municipales de Beausoleil, ne laisse personne indifférent.

Un « avis de classement » daté du 4 mars et signé par le procureur de la République de Nice a été porté à notre connaissance hier. Il fait référence au procès-verbal n°00738/001541/2019 du 18 novembre 2019 du commissariat de police de Menton et concerne des faits de viol présumé, dénoncés dans une plainte contre Stéphane Manfredi.

Le document du parquet de Nice mentionne que "l’examen de cette procédure ne justifie pas de poursuite pénale au motif que les faits ne constituent pas une infraction pénale".

Rappelons que le 13 mai 2019, Maxime Gaillard, agent de collectivité territoriale à la mairie de Beausoleil, a déposé plainte contre son supérieur hiérarchique, responsable du service protocole, pour des faits de viol dont il affirmait être la victime.

Stéphane Manfredi n’a pas souhaité commenter cette décision de justice.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.