Au Royaume-Uni, un meurtrier nécrophile de nouveau condamné pour des agressions sexuelles post-mortem

Déjà condamné à la prison à vie pour deux meurtres et des agressions sexuelles post-mortem sur des dizaines de femmes, un sexagénaire britannique a de nouveau été condamné mercredi pour des actes similaires, aboutissement d'une affaire "sans précédent" au Royaume-Uni.

AFP Publié le 07/12/2022 à 15:22, mis à jour le 07/12/2022 à 14:40
En décembre 2021, il avait déjà été condamné pour des actes similaires sur des dizaines d'autres femmes post-mortem, ainsi que pour le meurtre de deux femmes en 1987 à Tunbridge Wells (sud-ouest de l'Angleterre). Photo AFP

David Fuller, âgé aujourd'hui de 68 ans, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir agressé sexuellement 23 cadavres de femmes dans les morgues de deux hôpitaux du sud de l'Angleterre où il travaillait comme électricien.

Le mois dernier il avait plaidé coupable de douze chefs de pénétration sexuelle d'un cadavre et quatre chefs de possession de pornographie extrême entre 2007 et 2020, ces faits correspondant au total à 23 victimes, dont certaines n'ont pas été identifiées.

En décembre 2021, il avait déjà été condamné pour des actes similaires sur des dizaines d'autres femmes post-mortem, ainsi que pour le meurtre de deux femmes en 1987 à Tunbridge Wells (sud-ouest de l'Angleterre).

Au total, David Fuller a ainsi agressé sexuellement les cadavres "d'au moins 101 femmes et filles, même si dix des victimes n'ont pas pu être identifiée et ne le seront probablement jamais", a déclaré le procureur lors de cette ultime audience.

La plus jeune de ses victimes avait neuf ans, la plus âgée 100 ans.

C'est en 2020, lorsque les enquêteurs l'arrêtent après que son ADN a été relié au meurtre de deux jeunes femmes en 1987, qu'ils découvrent à son domicile des millions d’images pornographiques ainsi que des séquences vidéo dans lesquelles il s'était filmé en train de commettre des agressions sexuelles sur des cadavres de femmes.

Lors de la révélation des faits, le parquet avait souligné qu'il s'agit d'une affaire "sans précédent dans l'histoire judiciaire britannique".

Cette affaire a choqué le Royaume-Uni et le gouvernement a lancé une enquête indépendante pour analyser comment David Fuller avait pu commettre de tels actes pendant une aussi longue période sans que personne ne se rende compte de rien.

Ses conclusions sont attendues l'an prochain.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.