“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Assassinat d'Hélène Pastor: de nouveau hospitalisé, le procès aura-t-il lieu sans Janowski?

Mis à jour le 02/03/2020 à 22:16 Publié le 02/03/2020 à 21:14
Wojciech Janowski.

Wojciech Janowski. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Assassinat d'Hélène Pastor: de nouveau hospitalisé, le procès aura-t-il lieu sans Janowski?

Le procès des assassins de la milliardaire monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich devant la cour d'assises d'appel d'Aix-en-Provence est en suspens.

Cinq accusés(dont trois ont été condamnés à la perpétuité) devaient comparaître à nouveau devant la justice du double assassinat survenu devant l'hôpital L'Archet de Nice le 6 mai 2014 mais les débats peinent à commencer.

Alors qu'un médecin expert avait estimé que Wojciech Janowski, 70 ans, ex-consul de Pologne à Monaco, gendre d'Hélène Pastor était en état de comparaître, ce dernier, présenté comme, le commanditaire des crimes, est hospitalisé à Marseille.

Son avocat, Me Jean-Jacques Campana, a demandé dès février un report du procès, estimant que son client, "soigné pour un cancer colorectal avait été victime d'un AVC, est hémiplégique et a des difficulté à parler".

"Une coloscopie qui a eu lieu en 2017 n'a rien révélé et il n'y a pas eu d'AVC, il n'y a pas d'hémiplégie", a indiqué le président de la cour sur la base du rapport des experts qui avaient examiné Wojciech Janowski. Le magistrat a conclu qu'il pouvait comparaître durant la durée du procès, qui doit se dérouler du 2 au 27 mars.

L'avocat général Pierre Cortes, évoquant un "malade imaginaire", s'est prononcé contre un renvoi.

Les avocats des parties civiles (Me Giacardi, Me Baucoux Me De Vita...) souhaitent que le procès ait lieu, s'appuyant sur la dernière expertise qui met en doute la réalité de l'accident vasculaire cérébral de Janowski qui qui évoque désormais un infarctus.

Le président Jean-Luc Tournier a envoyé un huissier pour sommer l'accusé de comparaître mais ce dernier a refusé. Un nouvel expert a été dépêché au chevet de Janowski. Il doit remettre son rapport au président dans la journée de mardi.

Autre contretemps: le coaccusé Samine Said Ahmed, 29 ans, considéré comme le tireur, a d'ores et déjà été dissocié, son avocat ayant un empêchement. Son procès pourrait intervenir en novembre prochain.

Il était passé aux aveux avant de se rétracter


Wojciech Janowski a été condamné en première instance en octobre 2018 à la réclusion à perpétuité pour avoir commandité le meurtre de sa belle-mère et de son chauffeur, Mohamed Darwich, tous deux mortellement blessés par balles alors qu'il sortaient d'un hôpital, à Nice, où Mme Pastor avait rendu visite à son fils Gildo.

Les victimes étaient alors âgées de 77 et 63 ans.

Juste après le drame, Wojciech Janowski avait avoué en garde à vue être l'instigateur du guet-apens. Il s'était ensuite rétracté, niant toute implication, faisant valoir que ses aveux lui avaient été "extorqués" par les policiers.

Dans une volte-face de dernière minute, son avocat en première instance Eric Dupond-Moretti avait concédé que son client était bel et bien le commanditaire de l'assassinat de Mme Pastor, mais pas de celui du chauffeur. Des propos de nouveau contestés neuf mois plus tard, par Wojciech Janowski, qui accusait Me Dupond-Moretti d'avoir plaidé coupable contre son gré.

Pour l'accusation, le mobile de Wojciech Janowski était avant tout l'argent: au bord du gouffre financier, il voulait s'approprier une partie de l'héritage de Mme Pastor.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.