“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Après deux ans d'enquête, l'agresseur d'un client dans un restaurant de Monaco identifié grâce à Instagram

Mis à jour le 08/07/2020 à 08:55 Publié le 08/07/2020 à 08:45
Absent à la barre, le prévenu a été condamné à des amendes.

Absent à la barre, le prévenu a été condamné à des amendes. Photo JFO

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Après deux ans d'enquête, l'agresseur d'un client dans un restaurant de Monaco identifié grâce à Instagram

Un client du "Monark" à Monaco s'était réveillé ensanglanté dans son véhicule. Après deux ans d'une "enquête rocambolesque", l'auteur des faits a pu être identifié grâce aux réseaux.

L’auteur présumé d’une agression survenue le 17 décembre 2017, vers 5 h du matin, au "Monark", sur la route de la Piscine, a été identifié.

Il s’agit d’un forain français de 21 ans, sans antécédents judiciaires. Les policiers monégasques l’ont confondu après de longues et patientes recherches sur les réseaux sociaux. Ils ont relevé des témoignages et descriptions sur Instagram, désignant le provocateur qui avait frappé au visage un consommateur.

Le suspect était absent à la barre du tribunal correctionnel. Probable excuse: le marchand itinérant possède pour unique adresse une boîte postale qu’il relèverait, d’après des indications de l’administration de la Poste, une fois par mois. Un délai qui peut expliquer sa méconnaissance en temps voulu de la date de comparution devant les juges de la Principauté.

L’affaire est résumée par le président Florestan Bellinzona. "Il s’agit d’une altercation entre l’intéressé et des clients d’une table proche dans l’établissement du port Hercule. Le plaignant était venu demander des explications. Il s’est réveillé deux heures plus tard, ensanglanté, dans son véhicule. Transporté et soigné au CHPG, avec une ITT de sept jours, il était dans l’impossibilité de désigner qui l’avait attaqué et s’il était ivre. On peut se poser toutefois la question de savoir si la victime, bien trop alcoolisée pour conduire, a été ramenée dans sa voiture près de son domicile."

"Enquête rocambolesque"

En l’état de la procédure, aucun élément ne permet d’impliquer d’autres personnes dans cette affaire. D’où la difficile tâche de la partie civile: "Après une enquête rocambolesque et minutieuse, reconnaît Me Joëlle Pastor-Bensa, car les faits remontent en 2017, on n’a aucun auteur formellement reconnu pour des violences infligées à mon client. Qui a fait quoi? On ne le saura jamais, à part ce coup de poing au visage. C’est une agression gratuite. Toutefois, pour le préjudice causé par le traumatisme facial, nous réclamons une somme forfaitaire de 5.000 €."

À son tour, le premier substitut Cyrielle Colle s’interroge sur l’ampleur de la responsabilité. "Personne n’est capable de nous éclairer sur le véritable auteur des faits. Dès lors, je reste modeste sur la demande de peine. Je requiers une amende à hauteur de 500 €."

Le tribunal a condamné le forain par défaut à une amende de 500€ et au versement de 1.500€ pour la partie civile.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.