“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Alcool sur la route et autres bêtises à l’audience de déconfinement

Mis à jour le 26/05/2020 à 19:32 Publié le 26/05/2020 à 19:30
Le tribunal correctionnel a condamné un automobiliste ivre à 8.000€ d'amende.

Le tribunal correctionnel a condamné un automobiliste ivre à 8.000€ d'amende. Jean-Marie Fiorucci

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Alcool sur la route et autres bêtises à l’audience de déconfinement

Sur le rôle de l’audience de rentrée faisant suite au déconfinement, les conduites sous l’empire d’un état alcoolique étaient des infractions courantes. La justice a prononcé des amendes conséquentes.

Sur le rôle de l’audience de rentrée faisant suite au déconfinement, les conduites sous l’empire d’un état alcoolique étaient des infractions courantes. La justice a prononcé des amendes conséquentes.

Le croupier écope de 8.000€ d’amende

Un employé de jeux italien a fait la douloureuse expérience financière de la politique pénale du tribunal.

Le 13 octobre dernier, tôt le matin, au volant de sa voiture, il s’est fait remarquer par les policiers en franchissant la ligne continue sur son parcours en Principauté. Évidemment, c’est à cause de la boisson quantifiée par une alcoolémie de 0,53 mg/l.

Récidiviste avec trois condamnations au compteur, deux fois pour ivresse au volant et une fois pour rébellion et outrages, il a été condamné à une peine de 8.000 euros d’amende.

Certes, son salaire de croupier a dû compter dans la décision prise par le tribunal correctionnel. Mais les juges ont carrément doublé la somme de 4.000 euros requise par le ministère public qui réclamait une réponse ferme après de précédentes sanctions pécuniaires assez faibles.

800€ pour le cycliste ivre

Un autre ressortissant italien, sommelier de son métier, a trop chéri la "Dive bouteille" chère à Rabelais.

Le quinquagénaire roulait à vélo à contresens sur la route de la Piscine le 11 juillet 2018. Vers 22h30, il a percuté une voiture. Les policiers ont constaté que le cycliste était complètement saoul avec 1,72 gramme d’alcool dans le sang.

Comme le prévenu avait été condamné dans son pays pour stupéfiants, la représentante du parquet général a insisté sur le montant d’une amende pas en deçà de 1.000 euros et la traditionnelle contravention à 45 euros pour circulation en sens interdit. Absent à l’audience, par jugement contradictoire, le Transalpin a été condamné à une peine de 800 euros et 45 euros.

Sans assurance depuis octobre

Le troisième "client" était contrôlé sur son scooter le 12 octobre dernier, vers 23 heures, à l’échangeur Saint-Roman.

Cet étudiant britannique de 19 ans n’avait pas bu. Mais il ne possédait ni attestation d’assurance ni certificat d’immatriculation. D’après ses révélations, il roulait sans papiers depuis l’achat de son Piaggio au mois d’août 2019!

Au lieu de faire profil bas, le jeune homme a largement critiqué le comportement des policiers. Sa causticité n’a pas du tout été appréciée. Pour le ministère public, pareille négligence pouvait avoir de lourdes conséquences. 500 e d’amende et la contravention à 45 euros étaient une sanction méritée.

In fine, le tribunal a prononcé une condamnation en forme d’avertissement: 300 euros et 45 euros.
Le procès sera sa punition.

Au chapitre des petites infractions, on retrouve un sexagénaire italien, poursuivi pour une régularisation tardive d’un employé dans son restaurant. Il a été requis une amende de 2 .000 euros à 3.000 euros.

Mais son conseil, Me Hervé Campana, a plaidé sa cause en estimant que sa comparution devant la justice était une punition suffisante. Une peine d’amende avec sursis était plus justifiée.

Le tribunal a déclaré le prévenu coupable. Mais il a pris en compte sa bonne foi de ne pas déroger à la loi. Aucune peine n’a été prononcée, comme le permet la nouvelle législation.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.