“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Agression sexuelle au casino de Monte-Carlo: le joueur dérape aux machine à sous

Mis à jour le 22/05/2019 à 07:32 Publié le 22/05/2019 à 07:18
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo archives Monaco-Matin

Agression sexuelle au casino de Monte-Carlo: le joueur dérape aux machine à sous

Ivre, un résident d'Israël palpe généreusement la poitrine d'une jeune femme au casino de Monte-Carlo, en septembre dernier. L'homme qui a reconnu les faits a été condamné à une amende de 1.000 euros.

L’alcool a troublé l’esprit d’un résident d’Israël venu profiter de l’attrait auguste du casino de Monte-Carlo, le 30 septembre dernier. Dénué de toute circonspection, ce designer a confondu raison et dissipation devant deux jeunes femmes affairées autour d’une machine à sous.

Attiré par leur vénusté, ses sens n’ont fait qu’un tour. Le quinquagénaire a enlacé une des joueuses en lui palpant généreusement la poitrine.

À la barre du tribunal correctionnel, ce père de cinq enfants ne sait plus à quel saint se vouer tellement il a honte de son geste intense, indécent, impie.

"Je suis désolé"

"La fille, choquée, a déposé plainte et vous avez reconnu les faits", mentionne la présidente Françoise Barbier-Chassaing, qui se garde de toute appréciation sur le comportement du prévenu. "Oui! J’étais très alcoolisé, reconnaît l’intéressé à la barre. Mon geste est inadmissible. J’ai une profession respectable... C’est la première fois que je me retrouve devant un tribunal. Je suis désolé. Si ma famille savait de quoi l’on m’accuse, je n’en aurais plus aujourd’hui. Je ne me rappelle de rien. J’ai seulement admis ce que les caméras ont montré! Je m’excuse..."

Le procureur Alexia Brianti acquiesce à l’heure des réquisitions. "Confronté à la vidéo, le prévenu, en effet, a été obligé de reconnaître son outrage à la pudeur envers une jeune femme de 23 ans. Elle était venue passer un bon moment en Principauté et, conséquences du choc inquiétant, elle obtient une ITT de trois jours. C’est un acte impudique, désagréable et inattendu dans un lieu accessible au public. Certes, Monsieur n’était plus maître de lui-même. Mais ce n’est pas une circonstance atténuante. Vous devez prononcer une peine juste et en rapport avec la gravité du geste: une amende de 1.000 euros."

La défense va aussitôt réclamer la révision de l’amende à la baisse et soulever le problème de qualification.

L’ivresse du jeu... et de l’alcool

"Mon client est venu spécialement d’Israël, annonce Me David Rebibou, du Barreau de Nice, et pour la seconde fois afin de s’expliquer devant vous. Au casino, on recherche l’ivresse du jeu. Cet homme l’a malheureusement combinée avec l’alcool. Car il avait perdu une grosse somme d’argent. À partir de cet instant, la vodka a coulé à flots. On n’a pas mesuré le taux, mais il devait être important. C’est un trou noir ensuite… Quant aux images, elles enregistrent pendant cinq secondes les faits litigieux. Il est 17 h 34 quand tout bascule…"

Afin d’amoindrir la peine, l’avocat va évoquer les affres, l’amertume de l’humiliation ressentie. "Il n’a rien dit à personne! Il craint le regard de sa famille! C’est un homme parfaitement inséré avec des revenus à hauteur de 15.000 euros mensuels. La victime n’est pas présente à l’audience. Prenez tout cela en compte pour étayer la clémence…"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct